Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

COP21 : à quoi sert la "pré-COP", avec ses ministres de 60 pays réunis à Paris ?

dimanche 8 novembre 2015 à 19:43 Par Marina Cabiten, France Bleu

Des ministres d'une soixantaine de pays se sont retrouvés dimanche à Paris pour accélérer les négociations sur un accord mondial espéré lors de la COP21, conférence des Nations unies sur le réchauffement climatique. Cette "pré-COP" se déroule sous le signe de la recherche du compromis.

Laurent Fabius ouvre la "pré-COP"
Laurent Fabius ouvre la "pré-COP" © Maxppp

Ministres de l'Environnement ou de l'Énergie, ils viennent d'une soixantaine de pays différents et sont à Paris depuis dimanche pour une "pré-COP", une réunion de préparation à la Conférence Paris Climat 2015, plus connue sous le nom de COP21. L'objectif de la COP21 est de parvenir à un accord pour lutter contre le réchauffement climatique. Un accord loin d'être gagné, d'où l'importance pour la France de maintenir la pression jusqu'au grand rendez-vous, qui s'ouvrira le 30 novembre. 

"Trouver le chemin du compromis"

En effet, réduire les émissions de gaz à effet de serre est synonyme d'efforts et de contraintes pour les États. À l'heure actuelle, des divergences demeurent : l'aide financière des pays du Nord à ceux du Sud, la répartition de l'effort contre le réchauffement entre pays industrialisés, émergents et pauvres, la révision à la hausse des engagements pris par les Etats pour réduire les émissions de gaz à effet de serre. 

Le ministre des Affaires Étrangères Laurent Fabius a ouvert cette réunion préparatoire, en tant que futur président de la COP21. Il faudra selon lui "trouver le chemin du compromis sur le grand nombre possible de sujets. C'est notre responsabilité de ministres et de chefs de délégation de donner un élan politique et de faciliter ce qui devra être l'accord final". Autrement dit : déminer les points de désaccord maintenant si possible, plutôt que dans trois semaines.  

Groupes de travail

L'accord espéré doit permettre de contenir la hausse du thermomètre mondial sous la barre des +2°C par rapport à l'ère pré-industrielle. En octobre, les négociateurs de l'ONU ont approuvé un texte de 55 pages, un préalable à l'accord "long, trop long" pour Laurent Fabius. Jusqu'à mardi, les ministres vont pouvoir émettre des propositions pour l'améliorer. 

Pour cela, des groupes de travail débuteront lundi autour de quatre thèmes : équité, ambition, finances post-2020 et actions pré-2020. Laurent Fabius présentera les conclusions des travaux mardi.