Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement DOSSIER : COP24 - Quarante-quatre initiatives pour sauver la planète

COP24 - Incorporer du carbone dans les sols pour compenser l'effet de serre, une fausse bonne idée ?

lundi 26 novembre 2018 à 4:41 Par Laura Dulieu, France Bleu Poitou

L'ancien directeur de recherches à l'INRA de Lusignan interpelle sur cette solution, qui ne peut pas résoudre à elle seule le problème de l'effet de serre.

Incorporer du carbone dans les sols agricoles n'est pas la solution miracle au réchauffement climatique.
Incorporer du carbone dans les sols agricoles n'est pas la solution miracle au réchauffement climatique. - Creative Commons - Pixabay

Lusignan, France

La COP24 aura lieu du lundi 3 au 14 décembre prochains. A cette occasion, France Bleu Poitou vous fait vivre une journée spéciale sur le thème de l'environnement. On le sait, le réchauffement climatique est en bonne partie dû à l'effet de serre : c'est à dire aux activités humaines qui rejettent dans l'atmosphère du gaz carbonique issu des sols. Pour compenser, certains chercheurs ont eu l'idée d'incorporer du carbone directement dans les sols agricoles. En effet, le sol est l'un des principaux réservoirs de Co2, avec par exemple les océans, les végétaux, etc. 

Concrètement,  cela se ferait grâce à des plantes vertes qui assimileraient le gaz carbonique en matière organique.Ce procédé présente deux avantages : d'une part réduire la concentration de gaz à effet de serre dans l'atmosphère, et d'autre part améliorer la qualité des sols

Solution miracle ?

Mais selon Gilles Lemaire, ancien directeur de recherches à l'INRA (Institut national de la recherche agronomique) de Lusignan, dans la Vienne, cette option n'est pas une solution miracle

Ce ne peut être en aucune façon la solution au réchauffement climatique. Il n'y a qu'une solution : réduire nos émissions de gaz carbonique."

Car le gaz carbonique ne reste pas éternellement prisonnier des sols. Selon Gilles Lemaire, il y reste "entre 20 et 25 ans". Ainsi, on se retrouverait avec le même problème, voire pire, dans 25 ans.

Il est très dangereux de faire croire au public qu'il peut prendre sa voiture et polluer comme il veut, puisqu'on va mettre le carbone dans le sol."

En somme, pas de secret : même si certaines solution existent, le meilleur gaz carbonique est celui qui n'est pas rejeté dans l'atmosphère par l'activité humaine.