Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

Corrèze : dix éoliennes en projet, vent de contestation en Xaintrie

vendredi 28 décembre 2018 à 18:15 Par Nicolas Blanzat, France Bleu Limousin

Un parc de dix éoliennes est en projet en Xaintrie, dans le sud-est de la Corrèze. Opposants et partisans avancent leurs arguments alors que l'enquête publique sur le projet débute dans une dizaine de jours.

Un parc de dix éoliennes est en projet en Xaintrie, dans le sud-est de la Corrèze
Un parc de dix éoliennes est en projet en Xaintrie, dans le sud-est de la Corrèze © Maxppp -

Sexcles, France

Un vent de contestation souffle sur la Xaintrie, en Corrèze, alors que va s'ouvrir, lundi 7 janvier, une enquête publique d'un mois (jusqu'au 5 février) sur un projet de parc de dix éoliennes porté par la société Eolfi. Ces éoliennes seraient implantées sur les communes de Camps (sept), Sexcles (deux) et Mercoeur (une). Sauf que, comme souvent en matière d'éoliennes, il y a débat entre économie et écologie.

"Ca ne va rien apporter"

Les opposants font valoir qu'il n'y aura aucun bénéfice local : pas de création pérenne d'emplois, la qualité de vie va en prendre un coup, les espèces rares d'animaux vont en pâtir, le bâti va lui perdre de sa valeur. "Et ça va même détruire des emplois" affirme Marie Maugein, opposante et présidente de l'association Agir Autrement pour la Xaintrie (qui a lancé une pétition, il y a plus de trois ans, ayant recueilli plus de 1.800 signatures). "Sur un plan touristique, ça ne va rien apporter voire, même, faire que certains gîtes ruraux n'auront plus de clients alors que le tourisme et l'agriculture sont les deux activités principales en Xaintrie".

"Un projet de développement du territoire"

Et puis il y a l'argent : les communes et la communauté de communes ne verront pas, ou peu, ce qui est annoncé par le porteur de projet car elles redonnent déjà au pot commun au titre de la péréquation explique Christian Delmas, élu à Sexcles, dont la municipalité emmenée par un nouveau maire est contre le projet. "C'est un dispositif assez complexe. Si on prend ce que reverse les communes et la communauté de communes, ça représente 400.000€ par an actuellement. Une bonne partie de ce que nous promet le promoteur va donc repartir dans le fonds de péréquation". "Il nous faut une occasion de revitaliser le territoire" rétorque Daniel Leymarie, adjoint au maire de Mercoeur et défenseur du projet depuis le début. "Notre zone se dépeuple, les écoles ferment, les services publics sont menacés, etc. Nous, élus, _on ne veut pas se contenter des retombées fiscales_. Nous souhaitons en faire un véritable projet de développement du territoire". Notamment en permettant aux habitants de participer à son financement pour bénéficier plus tard des retombées économiques.

Polémique sur la taille des éoliennes

Une polémique porte aussi sur la hauteur des éoliennes. "En 2010, le projet a été présenté avec des éoliennes de 80 mètres de haut" reprand Marie Maugein, de l'association Agir Autrement pour la Xaintrie. "Aujourd'hui, le mât est à 160 mètres. Laisser implanter ces éoliennes, c'est autoriser que demain, peut-être, ce sera 250 ou 300 mètres. Sur le plan de la modification du paysage, c'est énorme". Daniel Leymarie, adjoint au maire de Mercoeur, ne conteste pas l'évolution du projet. "Mais cela permet d'avoir la même capacité de production avec un nombre inférieur d'éoliennes. Il est de dix, ce n'est pas un parc gigantesque. Et puis, un mât de mesure est resté en place dix huit mois. A partir du moment où le porteur de projet conclut qu'il y a un potentiel de développement, c'est que les études ont été favorables". Les riverains ont un mois pour faire valoir leurs remarques sur ce projet estimé entre 35 et 40 millions d'euros.