Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Corrèze : six éoliennes dans les Monédières ? "Non" répond la commission d'enquête

-
Par , France Bleu Limousin

Le projet éolien "Peuch Géant" est-il compromis dans les Monédières, en Corrèze ? La commission d'enquête a rendu son rapport à la préfecture après une enquête publique d'un mois. Elle émet un avis défavorable pour l'implantation de six éoliennes à Veix et Pradines.

Le projet éolien de Peuch Géant vient de recevoir un avis défavorable après enquête publique (photo d'illustration)
Le projet éolien de Peuch Géant vient de recevoir un avis défavorable après enquête publique (photo d'illustration) © Maxppp - Ludovic Maillard

Un nouveau projet éolien vient de prendre du plomb dans l'aile, en Corrèze. C'est celui porté par la société Engie Green, elle veut implanter six éoliennes dans le massif des Monédières (126 mètres de haut en bout de pales) sur les communes de Veix et Pradines, en plein coeur du parc naturel régional de Millevaches. Mais, à l'issue de l'enquête publique d'un mois, la commission d'enquête, qui a rendu ses conclusions à la préfecture de la Corrèze, vient d'émettre un avis défavorable.

Cet avis est même plutôt sévère avec beaucoup d'éléments contre. A commencer par la charte du PNR Millevaches (2018-2033), son but est de " fédérer citoyens et collectivités autour de projets participatifs et collectifs " . Ce projet ne fédère " aucunement " et va à rebours de ce qui est préconisé. Il est aussi question de l'impact sur le tourisme, " sportif " précise le rapport, car on fait notamment là du parapente et du deltaplane avec l'ouverture d'une nouvelle piste Nord-Est prévue courant mars prochain. La commission d'enquête note " une arrive tardive du projet éolien " car cela pose la question de la sûreté, même si Engie propose d'installer des caméras qui arrêtent les éoliennes en cas d'intrusion à moins de 400 mètres. " Dans certaines conditions, les éoliennes seront tout de même dangereuses " commente Didier Penot, président du club "les têtes en l'air Corrèze" et moniteur fédéral sur le site.

Gros doute sur le vent et la production d'électricité

La commission d'enquête relève aussi des avis majoritairement défavorables émis par les communes et autres collectivités, notamment la commune de Veix qui abriterait cinq des six éoliennes, mais aussi le PNR Millevaches et la communauté de communes Vézère - Monédières - Mille sources. Autre élément pointé par la commission d'enquête : la production d'électricité. " Estimation ambitieuse " dit le rapport, alors qu'Engie Green évoque une capacité de 28.700 MWh pour fournir 16.000 habitants, et " un potentiel éolien qui apparaîtrait surévalué " d'autant qu'il y aura des bridages pour les parapentes et les nombreuses chauves souris du coin.

Impact sur le paysage "subjectif, difficilement appréciable et mesurable"

Deux principaux éléments moins négatifs sont à signaler. L'aspect économique : " positif mais modéré " car les 113.000€ de taxes par an, dont 69.000€ pour les communes et collectivités, font figure de seule retombée significative, " aucun emploi direct " en face nuance le rapport.  Enfin, malgré une forte opposition des riverains à ce sujet, l'impact sur le paysage n'est pas particulièrement pointé du doigt par la commission d'enquête. Aspect " subjectif, difficilement appréciable et mesurable " dit-elle. " C'est le support de développement de tout ce massif " répond Tony Oppenheim, élu à Veix. " Les gens qui fréquentent ce lieu vont pour des raisons tout à fait subjectives, sur cet aspect qualitatif du paysage où on n'a pas d'objet industriel qui viendrait déprécier cette nature. Dans ce massif, il y a toute une dynamique en cours autour des sports nature et une fréquentation importante vouée à se développer. Tout cela est basé sur la qualité paysagère et la sensation de nature préservée " ajoute celui qui est aussi membre de l'association "Vues sur les Monédières".

"On sait mesurer le vent et donner le productible d'un parc"

Joint par France Bleu Limousin, Engie Green prend acte du rapport et s'attendait à un autre avis. " Il faut savoir qu'on est très en retard sur les objectifs de la transition énergétique ", rappelle Arnaud Prévoteau, chef de projet éolien. " Les services de l'Etat tablaient sur des objectifs de 500 MW en région Limousin d'ici 2020. Aujourd'hui, on est encore à 50 MW. Il faut donc multiplier par dix la puissance éolienne pour arriver aux objectifs ". Il dit son incompréhension sur " la surestimation du potentiel éolien " pointé par la commission d'enquête. " On a mis un mât de mesure sur site pendant un an, et on a fait une corrélation avec les mesures de la station Météo France la plus proche pour avoir une bonne idée du vent sur une durée de vingt ans " détaille-t-il. " Il faut savoir que, une fois qu'on a les autorisations, on va voir les banques pour faire financer notre projet. Si les mesures de vent ne sont pas bonnes, les banques ne prêtent pas. Pour moi, c'est un peu un faux argument car cela est basé sur _notre expérience de vingt ans de financement de projets, de construction et d'exploitation_. On sait mesurer le vent et donner le productible d'un parc éolien ".  Mais cet avis défavorable de la commission d'enquête ne sonne pas le glas du projet. Une étude de la Dreal va suivre et, avant de rendre sa décision définitive, le préfet de la Corrèze va réunir la Commission Départementale de la Nature, des Paysages et des Sites (CDNPS) pour un autre avis.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess