Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

Corse : Mar a Beach, la paillote qui fait des vagues

lundi 14 mai 2018 à 11:22 Par Patrick Vinciguerra, France Bleu RCFM

Près de 500 personnes se sont rassemblées samedi à Calvi pour soutenir le gérant de la paillote Mar a Beach, menacé d'expulsion. Des soutiens suivis de nombreuses critiques venant des réseaux sociaux. Et surtout l'opposition d'associations de défense de l'environnement comme U Levante.

Calvi, plage de l'Alga, paillote Mar a Beach
Calvi, plage de l'Alga, paillote Mar a Beach - Association U Levante

Corse, France

Beaucoup de monde ce samedi devant la sous-préfecture de Calvi pour soutenir le gérant du Mar a Beach, un restaurant de plage les pieds dans l'eau, situé dans la presqu'île de la Revellata. Un rassemblement à l'initiative de deux associations de commerçants balanins. Franck Maraninchi est menacé d'expulsion, sa paillote se trouvant sur le domaine public maritime, un site géré par le Conservatoire du littoral. Le tribunal de grande instance de Bastia se prononcera demain. Parmi les personnes présentes, des élus (Ange Santini, le maire de Calvi, ou encore Camille de Rocca Serra), mais aussi des "people" comme Véronique Genest et Marie-Anne Chazelles.

Véronique Genest et Marie-Anne Chazelles défendent le Mar a Beach

On est là pour dire qu'on veut continuer à faire la fête au Mar a beach, Véronique Genest

Véronique Genest - Radio France
Véronique Genest © Radio France - Roland Frias

Des propos de l'interprète de Julie Lescaut qui ont provoqué des dizaines de réactions sur les réseaux sociaux, pour la plupart hostiles, l'accusant notamment de défendre l'indéfendable. 

Plus important dans cette affaire, la position de l'association U Levante qui dénonce clairement un établissement construit en toute illégalité.  

Extrait d'un communiqué du Levante : "Le 15 mai 2018, le tribunal de grande instance se prononcera sur l’arrêté d’expulsion concernant Franck Maraninchi (établissement Mare a Beach) situé sur la presqu’île de la Revellata. Deux associations de commerçants s’y opposent arguant d’une inégalité de traitement entre ce paillotier et les propriétaires de certaines villas proches. Argument fallacieux ! Les propriétaires de ces villas proches possèdent un permis de construire ancien, largement antérieur à la loi Littoral. Le CDL ne pouvait donc pas les préempter. La paillote/restaurant de  F. Maraninchi n’a jamais eu de PC et a fait l’objet de multiples jugements condamnant son propriétaire à la démolition."