Climat – Environnement

Corse : que devient l’amiante issue des chantiers du BTP ?

Par Patrick Rossi et Didier Arnoux, France Bleu RCFM samedi 26 mars 2016 à 15:57

Comment traîter les déchets d'amiante en Corse?
Comment traîter les déchets d'amiante en Corse?

Que faire de l’amiante extraite des différents chantiers réalisés par les entreprises de BTP ? La question se pose suite au déversement sauvage de déchets amiantifères dans l’ancienne mine de Canari.

Des camions qui transportent et déversent sans autorisations et sans précautions des déchets d’amiantes suscitent des interrogations. Les évènements survenus ces derniers temps sur l’ancien site de la mine de Canari interpellent. La gendarmerie a ouvert une enquête pour mettre la main sur le ou les responsables de ces faits. Le site de Canari va faire l’objet d’une sécurisation plus importante pour éviter que de tels faits se reproduisent.

La façon de faire n’est pas acceptable. Mais le mode opératoire invite à pousser plus loin la question. Où doivent être stockés les déchets d’amiantes ? Existe-t-il un site spécialisé en Corse ? La région souffre visiblement d’une absence cruelle de structure. On peut, au mieux, s’appuyer sur des sites dits de transit. Il en existe un par exemple à Folelli. Il est géré par Gérard Medori. Il indique clairement « qu’il n’existe pas aujourd’hui de site qui puisse accueillir des déchets d’amiante. La seule solution pour traiter ces déchets, c’est de passer par une entreprise agréée qui transfère ces déchets vers un centre de traitement sur le continent. Nous envoyons nous, ces déchets à Bellegarde.»

Gérard Medori : "il n'existe pas en Corse de site de stockage"

Le problème premier du traitement de ces déchets d’amiante est visiblement d’ordre financier. Cela coûte cher aux entreprises. Gérard Medori explique : « Il y a la collecte, le transfert vers le continent. Nous n’avons pas de plus, un gisement suffisant et donc un tonnage suffisant pour pouvoir négocier des tarifs avec le centre de traitement du continent. Ça coûte relativement cher.»

Gérard Medori : "le traitement de ces déchets coûte cher"

Il n’existe donc pas une multitude de solutions. Les explications livrées par Gérard Medori permettent de se faire une idée plus précise encore : «si les déchets d’amiante ne nous sont pas remis pour un transfert vers le continent, il n’existe pas, en Corse de traitement spécifique et d’enfouissement spécifique pour ces terres-là. Je redoute malheureusement, mais je n’en ai pas la preuve, que ces terres souillées se retrouvent dans la nature. Mais si toutefois, il y a des chantiers qui nécessitent l’enlèvement de terre amiantifère, si les personnes ne passent pas par nous, je ne sais pas où finissent ces déchets. Je ne connais pas de site de stockage en Corse. S’il en existait un, nous l’utiliserions également »

Gérard Medori : "je redoute que certains déchets finissent dans la nature"

Pas de centre de stockage de déchets d’amiante, un coût de traitement élevé pour des gisements peu importants. La problématique du traitement des déchets d’amiante reste apparemment entière.