Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

Côte basque : l'insoluble pollution des eaux de baignades

mardi 19 juin 2018 à 20:56 Par Thibault Vincent, France Bleu Pays Basque

Alors que les fermetures de plages se sont multipliées au rythme des orages et pluies record ces dernières semaines, le bassin de stockage des Thermes Salins a été inauguré ce mardi 19 juin à Biarritz. Un équipement indispensable mais insuffisant reconnaissent les élus de l'agglomération Pays Basque

Vue aérienne des eaux saumâtres sur le littoral d'Anglet à l'embouchure de l'Adour prise début juin 2018
Vue aérienne des eaux saumâtres sur le littoral d'Anglet à l'embouchure de l'Adour prise début juin 2018 - Yanis

Biarritz, France

La pollution des eaux de baignade est un sujet sensible pour les élus de la côte basque, conscients de son impact sur le tourisme. La pluviométrie record ces derniers mois au Pays Basque, et son lot de fermeture de plages, l'ont rappelé vivement.

Les Thermes Salins nécessaires mais...

Les élus ont donc multiplié les investissements ces dernières années, mais commencent à admettre qu'ils ne résoudront jamais totalement le problème. Le nouveau bassin de stockage des eaux inauguré ce mardi 19 juin sur le site des Thermes Salins à Biarritz aura forcément un impact mais ne suffira pas.

Vue du bassin de stockage des eaux des Thermes Salins à Biarritz - Radio France
Vue du bassin de stockage des eaux des Thermes Salins à Biarritz © Radio France - Thibault Vincent

Cet équipement de 50m de long sur 15m de large et d'une capacité de 4.000 m3, qui a coûté 6,8 millions d'euros, va compléter et surtout optimiser, à partir de début juillet, l'action des 4 autres bassins biarrots en amont et en aval. "L'objectif est que toutes les eaux collectées soient traitées avant d'être rejettées" affiche Alain Iriart, le vice-président de la Communauté Pays Basque, chargé de l'assainissement.

Vue du sol du nouveau bassin des Thermes Salins à Biarritz qui peut stocker 4.000m3 d'eau envoyée depuis le vortex situé au fond à gauche - Radio France
Vue du sol du nouveau bassin des Thermes Salins à Biarritz qui peut stocker 4.000m3 d'eau envoyée depuis le vortex situé au fond à gauche © Radio France - Thibault Vincent

"Il y aura toujours des déversements"

En temps de fortes pluies, supérieures à la normale, ce nouveau bassin, situé sous la future crèche des Thermes Salins, va absorber le surplus d'eau accumulé dans les bassins existants, permettant de limiter les rejets d'eaux pollués dans la mer au niveau de la Grand Plage et de la plage de Marbella.

Le nouveau bassin de stockage des eaux de Biarritz est enterré sous la crèche en construction à côté du groupe scolaire des Thermes Salins - Radio France
Le nouveau bassin de stockage des eaux de Biarritz est enterré sous la crèche en construction à côté du groupe scolaire des Thermes Salins © Radio France - Thibault Vincent

Pour autant "on ne pourra jamais dimensionner des ouvrages à une taille telle qu'elle nous exonère de tout problème, prévient Emmanuel Alzuri, maire de Bidart et conseiller délégué de la Communauté Pays Basque, chargé du littoral. On ne pourra pas construire des cathédrales souterraines partout pour gérer les eaux pluviales, _il y aura toujours des déversements, il faut vivre avec_. En même temps il faut s'employer à améliorer la qualité des rejets"

Les stations d'épuration insuffisantes

Problème, les stations d'épuration existantes sur la côte basque saturent _"dès qu'on a de fortes pluies ou qu'on a un afflux touristique"_dénonce Pascal Burgues, membre du comité Eaux et Industries du CADE (collectif d'associations de défense de l'environnement). Un problème que reconnaissent les élus. La station d'épuration de Saint-Bernard à Bayonne est d'ailleurs en plein aggrandissement. Mais multiplier les équipement coûte beaucoup trop cher préviennent les élus.

Jean-René Etchegaray, le président de la Communauté Pays Basque, visite le bassin des Thermes Salins de Biarritz - Radio France
Jean-René Etchegaray, le président de la Communauté Pays Basque, visite le bassin des Thermes Salins de Biarritz © Radio France - Thibault Vincent

L'agglomération et l'agence de l'eau Adour Garonne, qui finance actuellement à hauteur de 24 millions d'euros les différentes actions d'assainissement des eaux de la collectivité, travaillent sur une autre piste : "On essaie d'avoir à la station d'épuration que des eaux usées pour un traitement plus efficace, explique Véronique Mabrut, directrice territorial de l'agence pour les Pyrénées-Atlantiques, les Hautes-Pyrénées et les Landes. En ce moment, l'agglomération sépare les réseaux pour collecter d'un côté le pluvial, de l'autre côté les eaux usées."

Tous les polluants ne sont pas traités

Mais pour que cela soit vraiment efficace, dit Véronique Mabrut, il faut que les particuliers agissent eux aussi, or aujourd'hui on en est très loin. "L'agglomération demande à chaque habitation qu'elle se raccorde en séparant les deux collectes, mais beaucoup trouvent que c'est trop cher et l'agglo se fait "jeter". Il est vrai que les travaux coûtent en moyenne 2.000 à 4.000 euros, dont 60% sont financés par l'Agence.

Plutôt que de culpabiliser les particuliers, on devrait agir sur les stations d'épuration, insiste Pascal Burgues. Pour le militant, il ne faut pas seulement augmenter leur capacité, mais surtout agir sur leur efficacité. "Aujourd'hui, on traite seulement les entérocoques et les escherichia colis, c'est à dire la matière fécale, on ne prend pas en compte les autres pollutions comme les détergents (responsables des mousses sur le littoral en période de forte houle), les pesticides..."