Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Environnement

Coulaures : exercice de catastrophe naturelle grandeur nature pour la municipalité

-
Par , France Bleu Périgord

Le village de Coulaures a testé son plan communal de sauvegarde avec un exercice de tempête grandeur nature. L'occasion de voir la difficulté d'organisation des secours en cas de catastrophe.

La mairie s'est transformée en cellule de crise
La mairie s'est transformée en cellule de crise © Radio France - Maxime Fayolle

Coulaures, France

Le scénario de l'exercice est simple : une tempête frappe Coulaures et oblige à déclencher le Plan communal de sauvegarde (PCS). Il s'agit d'un exercice grandeur nature, la plupart des adjoints au maire sont mobilisés, ainsi que les pompiers et la gendarmerie. Chacun a son rôle et les faux appels de victimes arrivent au standard de la mairie. "On me signale des chutes d'arbre ainsi qu'une cheminée qui est tombée. J'ai aussi eu un appel d'un cycliste qui est blessé au genou" détaille la standardiste de la mairie. Le référent risque de la commune, Christian Vadé arrête l'exercice : "Vous voyez, personne ne s'écoute. Quand le standard nous parle de blessé, il faut que le poste de crise l'entende, le note, appelle les secours. Il faut être concentré, s'écouter et s'emparer des infos qu'on vous livre"

La difficulté de tout faire en même temps

Dans une seconde phase, l'exercice prévoit l'ouverture d'un centre d'hébergement d'urgence pour une vingtaine de personnes. "Il faut prévoir des lits pour dormir, de la nourriture. Certaines personnes ont également besoin de soins, de médicaments, détaille Christian Vadé. Il faut aller sur place, vérifier que tout est sécurisé et prévoir l'ouverture de ce centre." La difficulté réside dans les tâches multiples et les besoins : de l'essence pour les tronçonneuses afin de couper les arbres sur la route aux lits de camp pour le centre d’hébergement, il faut penser à tout. "Ce n'est pas simple, et puis il faut prendre en compte le stress. On apprend à le gérer quand on fait des exercices de ce genre", admet Christian Vadé

La commune va investir

L'exercice dure 1h30, il est complexe mais plein d'enseignements pour la maire Corinne Ducrocq : "Je me sens prête grâce à cette simulation. Mais j'ai peur sur les moyens humains et matériels. On a fait des appels dans la commune pour des moyens humains et on a eu une seule réponse. Quant aux moyens matériels, on va investir dans des talkies-walkies et des groupes électrogènes car là on fait l'exercice avec nos téléphones, mais le 5 juillet dernier quand on a eu une mini tempête ici, il n'y avait plus d'électricité ni de téléphone." Le plan communal de sauvegarde est en place dans 147 communes de la Dordogne sur 520. Une dizaine d'autres communes a pris des renseignements en préfecture après les violents vents de début juillet.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu