Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

Coup de colère contre les décharges sauvages à Saint-Aunès

mercredi 26 juillet 2017 à 20:28 Par Marie Ciavatti, France Bleu Hérault

A Saint-Aunès, le président de la société de chasse dénonce les décharges sauvages qui se multiplient sur la commune, notamment aux abords de la déchetterie.

Un dépôt sauvage déborde sur la route. On est pourtant à moins de 400 mètres de la déchetterie de Saint Aunès
Un dépôt sauvage déborde sur la route. On est pourtant à moins de 400 mètres de la déchetterie de Saint Aunès © Radio France - Marie Ciavatti

Montpellier, France

C'est la fois de trop. Une nouvelle décharge sauvage est sortie de terre il y a quelques jours à Saint-Aunès. Un tas de plusieurs tonnes de gravats et encombrants qui débordent sur la route au point de gêner la circulation. Lorsque Christian Galvez est tombé dessus, il est sorti de ses gonds. "Ce qui me révolte c'est qu'il y a 4 mois on a tout nettoyé. Et là il y en a deux fois plus".

15 à 20 tonnes de déchets ramassés en une journée

Lui est président de la société de chasse de Saint Aunès. Chaque année au printemps, il organise avec des habitants bénévoles une journée "nature propre": un grand nettoyage qui permet de collecter 15 à 20 tonnes de déchets abandonnés en pleine nature. Tout ça pour que les décharges sauvages se reforment aussitôt, de préférence aux bords de la déchetterie.

Les déchets abandonnés sont essentiellement issus de chantier du bâtiment.  - Radio France
Les déchets abandonnés sont essentiellement issus de chantier du bâtiment. © Radio France - Ciavatti

Cette répétition lui tape sur les nerfs: "On dépose des encombrants à 200 mètres de la déchetterie. Les viticulteurs se retrouvent avec, au milieu de leur chemin, un camion de placoplâtre, de briques. En plus on dépose des tôles everit, c'est de l'amiante, des tôles pour la toiture. Il faut le traiter avant de les jeter. Et on a beau fouiller tout ça, on ne trouve jamais de papiers pour retrouver leur trace. Donc ce sont des gens qui le font sciemment."

Christian Galvez, président de la société de chasse.

Un autre dépôt sauvage, toujours à quelques centaines de mètres de la déchetterie, et à l'abri des regards en contrebas de la route. - Radio France
Un autre dépôt sauvage, toujours à quelques centaines de mètres de la déchetterie, et à l'abri des regards en contrebas de la route. © Radio France - Ciavatti

La faute à des professionnels du bâtiment

La déchetterie est ouverte 3 jours par semaine. La mairie propose une collecte d'encombrants une fois par mois. "On est démuni . On ne peut pas mettre de caméras sur les chemins municipaux" confie Vincent Malavielle, directeur des services de la commune. Les responsables? Quelques particuliers qui se débarrassent d'encombrants. Mais "très souvent c'est dû à des entreprises qui pour ne pas payer la taxe à la déchetterie, vident leur camions. Le mètre cube vaut 7 euros 62, c'est quand même pas le bout de monde, surtout que les entreprises le mettent sur le devis!".

La sanction théorique est une amende de 1500 euros.

Reportage aux abords de la déchetterie. Marie Ciavatti