Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Environnement

Vent de colère en Creuse contre un nouveau projet de parc éolien

-
Par , France Bleu Creuse

Un parc d'une vingtaine d'éoliennes pourrait bientôt s'étendre entre les communes de Saint-Hilaire-la-Plaine, Mazeirat et Ahun. Plusieurs riverains opposés au projet se sont réunis au sein de l'association "Vents d'état" pour dénoncer une "catastrophe".

Deux opposants au projet de parc éolien à Saint-Hilaire-la-Plaines
Deux opposants au projet de parc éolien à Saint-Hilaire-la-Plaines © Radio France - Jules Brelaz

Saint-Hilaire-la-Plaine, France

Les habitants du petit village de Grand Villard situé sur la commune de Saint-Hilaire-la-Plaine (209 hab.) ont eu vent par hasard le mois dernier de ce projet de parc éolien qui pourrait s'implanter à cinq cents mètres de chez eux. "Des éoliennes de 150 mètres de haut... une hérésie"  pour ces riverains qui redoutent des nuisances sonores et visuelles pour eux comme pour la faune. 

On a des passages de grues, c'est magnifique, ça me gênerait de les voir découper en rondelles par les éoliennes!

Illustration du projet de parc éolien par l'association Vents d'état - Radio France
Illustration du projet de parc éolien par l'association Vents d'état © Radio France - Vents d'état

Tout commence début mars lorsque l'entreprise Eco Delta propose à Joël Lainé, le maire de Saint-Hilaire-la-Plaine, d'élever sept éoliennes sur sa commune, cinq sur la colline du Puy de la Charse et deux sur le Puy Beaubier. Des projets similaires sont à l'étude dans deux communes voisines. A Mazeirat, la société EREA projette d'implanter "entre huit et neuf éoliennes", d'après le maire Christophe Martin. Et puis à Ahun, l'entreprise Notus souhaiterait construire quatre éoliennes.

Vent de colère à Saint-Hilaire-la-Plaine

A Saint-Hilaire-la-Plaine, une vingtaine d'habitants opposés au projet se sont réunis au sein de l'association au nom sans équivoque "Vents d'état". "Pour construire une éolienne il faut 4.000 passages de camions, abattre les arbres pour faire une route de dix mètres de large, c'est une hérésie", déclare sa présidente Martine Faucher.

Conseillère municipale et membre de Vents d'état, Françoise Philbet dénonce "un projet catastrophique" : _"je vois pas pourquoi on vient bousiller ce magnifique territoire, je trouve ça complètement hallucinant." Habitant le village de Grand Villard, Jean-Michel raconte "être venu ici pour être tranquille. On a ici un paysage très agréable. Le défigurer pour quelques deniers, je ne vois pas l'intérêt."_

COP 21 et retombées économiques

Favorable au projet de parc éolien, Joël Lainé, le maire de Saint-Hilaire-la-Plaine, rappelle "les objectifs de la COP 21 de réduction des émissions de gaz à effet de serre" mais aussi, et il s'en cache pas, il y a "140 000 euros de retombées économiques".

"On a 5.000 euros en moins de dotations de l'Etat sur deux ans et là j'aurais aimé que la population se soulève pour dire ça suffit d'être un territoire abandonné. Les retombées seraient de 1% sur l'ensemble de l'investissement (140 millions d'euros), ce qui pourrait faire 140.000 euros et grâce aux impôts, cela multiplierait par dix notre capacité d'investissement au niveau de la commune."

Joël Lainé dit par ailleurs comprendre l'inquiétude de ces riverains mais pas le nom de l'association : "Vendetta, c'est vengeance alors que pour l'instant ce n'est que le début du début du projet." Le maire annonce qu'il proposera le 14 juin prochain en conseil municipal le principe d'une consultation citoyenne.

"Demain on ne va pas voir une centrale nucléaire dans la commune, ni même une éolienne! Il y a beaucoup d'études qui seront faites avant et la population aura son mot à dire, moi je ne suis pas un adepte des coups de force et du 49.3. La population sera associée à ce qui se fera."

En attendant, l'association Vents d'état organise déjà une réunion publique vendredi prochain à 18H30 à la salle polyvalente de Saint-Hilaire-la-Plaine "pour alerter la population".