Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

Crise chez les écologistes : "pas du tout le bon moment"

samedi 29 août 2015 à 10:26 Par Clément Lacaton, France Bleu Alsace et France Bleu Elsass

Sandrine Bélier, tête de liste écologiste aux élections régionales dans la grande région Alsace-Lorraine-Champagne-Ardenne, réagit au départ de deux ténors d'Europe Ecologie-Les Verts : "Dommage de prendre cette décision à trois mois de la conférence sur le climat et des élections régionales".

Sandrine Bélier candidate régionales EELV Grand Est
Sandrine Bélier candidate régionales EELV Grand Est © Maxppp

C'est la tempête à gauche. Gros vent sur l'université d'été du Parti socialiste à La Rochelle, après les propos du ministre de l'Economie Emmanuel Macron sur les 35 heures, et après un gros orage chez les écologistes.

François de Rugy (co-président du groupe à l'Assemblée) et Jean-Vincent Placé (patron des écologistes au Sénat) viennent de claquer la porte d'Europe Ecologie-Les Verts (EELV), jeudi et vendredi. Un départ de deux ténors qui déclenche une vraie crise chez les Verts. Ce parti est "un astre mort , qui donne une vision caricaturale et politicienne de l'écologie" , clame Jean-Vincent Placé.** Tous deux dénoncent une"dérive gauchiste" .

"Ca tombe vraiment au mauvais moment"

"Ils veulent avoir un strapontin au gouvernement" , déplore Daniel Cohn-Bendit, l'un des pères d'EELV. Deux départs à la tête de l'organigramme qui "tombent vraiment au mauvais moment" , regrette Sandrine Bélier, tête de liste écologiste pour les régionales dans le Grand Est (Alsace, Champagne-Ardenne, Lorraine). Ca tombe mal, à trois mois de la grande conférence sur le climat climat de Paris et des élections régionales.

"Ils ne s'expriment que sur les présidentielles de 2017 !"

"Dommage, parce que prendre cette décision à trois mois de deux évenements importants me semble correspondre à des postures assez opportunistes d'hommes d'appareil , ajoute l'ex députée européenne. C'est une tempête dans un verre d'eau, il n'y a pas de scission. Il s'agit juste de décisions personnelles (...). Ils ne s'expriment que sur les présidentielles de 2017 ! Et je crois que les citoyens attendent autre chose des responsables politiques..."

"Les citoyens s'en fichent qu'on refonde quoi que ce soit"

"Nous ne discuterons pas de l'échéance présidentielle et de la stratégie d'EELV avant les élections régionales. Ce n'est pas du tout le bon moment ! Je crois que les citoyens aujourd'hui s'en fichent qu'on refonde quoi que ce soit, ils attentent que les partis politiques répondent à leurs attentes au quotidien."

7h Ecolos_Sandrine Bélier SON 1

Ecolos_Sandrine Bélier SON 2