Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Environnement

Cyanobactéries : le plan d'eau de Cournon démarre sa saison sans baignade

-
Par , France Bleu Pays d'Auvergne

Baignade interdite avant même le démarrage de la saison au plan d'eau de Cournon. Avec la canicule, les cyanobactéries ont fait leur retour plus tôt que prévu.

Baignade interdite au plan d'eau de Cournon d'Auvergne.
Baignade interdite au plan d'eau de Cournon d'Auvergne. © Radio France - Juliette Micheneau

Cournon-d'Auvergne, France

La saison estivale devait redémarrer ce lundi, 1er juillet : ce sera sans baignade. Interdite par arrêté municipal tout comme les activités nautiques et la consommation des poissons pêchés dans le lac de Cournon. Avec la canicule, les cyanobactéries ont fait leur retour plus tôt que prévu. "On a le temps qu'il fait normalement dans la deuxième semaine d'août" déplore Lionel Roucan, chargé de mission environnement et développement durable à la maire de Cournon d'Auvergne. "Beaucoup de lumière, beaucoup de chaleur et de quoi manger pour nos cyanobactéries qui se multiplient".

Les sondes installées dans le plan d'eau surveillent la situation au jour le jour pour une éventuelle réouverture de la baignade. D'ici là, quel est le risque ? Les cyanobactéries peuvent produire des toxines potentiellement dangereuses pour la peau et le foie en cas d'ingestion.

Aucun moyen de traitement durable

La ville de Cournon avait pourtant mis les gros moyens l'an dernier : "On a réoxygéné l'eau avec des oxygénateurs", raconte le responsable environnement, "ça marche pas mal, en début et en fin de saison, avec certains seuils de prolifération, mais après ça ne marche plus. On a des radeaux végétaux qui mangent les nutriments sauf qu'on s'est aperçu que la nappe de l'Allier qui alimente le plan d'eau a reçu une charge d'azote et de phosphore très forte avec les premières irrigations des céréales en amont." De quoi alimenter généreusement les fameuses cyanobactéries.

Une situation qui laisse la municipalité totalement démunie. "_On a aucun moyen de traitement sérieux, durable_", reconnaît Lionel Roucan. "La principale solution c'est de séparer les activités. On n'arrive pas à être maître de la qualité de l'eau avec de la baignade, de la pêche, des activités nautiques..."

La solution viendrait du projet de bassin dédié à la baignade. Une piscine biologique qui est en cours d'étude mais avec un investissement nécessaire de 2 à 3 millions d'euros, c'est un dossier dont héritera la prochaine municipalité après les élections de 2020.

Choix de la station

France Bleu