Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

Les loups en pleine expansion en France : les Lorrains divisés

mardi 26 juin 2018 à 17:58 Par Angeline Demuynck, France Bleu Sud Lorraine

Selon les dernières estimations de l'ONCFS, le nombre de loups a augmenté de 20% en un an sur le territoire. Des chiffres qui divisent les éleveurs de brebis et les défenseurs de l'animal en Lorraine.

Selon les chiffres officiels, il y aurait 3 loups dans le sud de la Lorraine
Selon les chiffres officiels, il y aurait 3 loups dans le sud de la Lorraine © Maxppp - Maxppp

Il y a de plus en plus de loups en France : 430 sur l'ensemble du territoire selon le dernier recensement de l'Office national de la chasse et de la faune sauvage, soit 20% de plus que l'an dernier. L'espèce est en phase d'expansion rapide mais n'a pas encore atteint le seuil de viabilité fixé par le gouvernement à 500 individus. En Lorraine, seuls trois prédateurs ont été recensés ces derniers mois : un couple dans le massif des Vosges, et un loup solitaire en plaine, aux confins de la Meurthe-et-Moselle et de la Meuse. 

Quatre mois après la parution du 4ème "Plan loup" du gouvernement, très critiqué par les éleveurs d'ovins, ce chiffre est très attendu car il doit permettre d'ajuster le plafond d'abattages annuels autorisés.  Fixé à 40 en début d'année, il devrait donc être revu à la hausse pour atteindre les 10 voire 12% de la population. 

70 loups en plus en 6 mois, j'ai du mal à y croire", s'interroge Nicolas Simonet, de l'ASPA

Le président de l'Association de secours et de placement des animaux ASPA, dans les Vosges, reste perplexe. "Pour les éleveurs, c'est le but, plus on aura de loups plus le taux d'abattage sera élevé. Donc s'il y a 500 loups en France, il y aura 50 loups tués. Mais ce qu'ils n'ont pas compris c'est que le loup est indispensable à notre écosystème", s'insurge Nicolas Simonet. 

Les éleveurs lorrains favorables aux "tirs d'éducation"

Les éleveurs eux s'intéressent plus que jamais aux moyens de protection de leurs moutons et brebis. "Ça confirme bien que les tirs qui sont réalisés chaque année ne perturbent en rien la croissance du loup donc cela nous conforte dans la possibilité de défendre nos troupeaux", explique Franck Muller, le président de l'association "Encore éleveur demain" en Lorraine. "L'idée qui a été évoquée lors du dernier comité loups, était de pouvoir mettre en place des tirs d'éducation avec des munitions non létales mais suffisamment fortes pour transmettre une expérience négative au loup et faire en sorte qu'il consomme du gibier sauvage et non pas des animaux domestiques."

L'association a recensé 43 attaques dans le Grand Est cette année contre 51 l'an dernier.