Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

Incendies en Grèce : au moins 79 morts, la gestion de la catastrophe par les autorités critiquée

mardi 24 juillet 2018 à 8:17 - Mis à jour le mercredi 25 juillet 2018 à 15:27 Par Pierre Emparan et Frédéric Chapuis, France Bleu

Les autorités grecques ont décrété trois jours de deuil national après les incendies meurtriers qui ont fait au moins 79 morts depuis lundi aux abords d'Athènes. Alors que les pompiers recherchent toujours d'éventuels disparus, la polémique enfle dans le pays.

Les incendies ravagent les alentours d'Athènes depuis lundi.
Les incendies ravagent les alentours d'Athènes depuis lundi. © AFP - Menelaos Myrillas/SOOC

Selon un dernier bilan toujours provisoire, les violents incendies qui se sont déclenchés lundi en Grèce autour de la capitale Athènes ont fait au moins 79 morts. Cinq nouveaux corps ont été découverts dans la nuit de mardi à mercredi, tandis que 71 personnes restaient hospitalisées, a annoncé mercredi matin la porte-parole des pompiers Stavroula Maliri.

Ce bilan n'est pas définitif, une centaine de pompiers poursuivent les recherches de victimes éventuelles dans la zone balnéaire de la côte est de l'Attique. 

Des victimes prises au piège dans leur voiture ou à leur domicile

L'incendie a pris lundi après-midi sur le mont Penteli, puis a été attisé par des vents de 100 km/heure, les flammes se sont alors propagées en moins d'une heure aux habitations, dont beaucoup de résidences secondaires.

La plupart des victimes des incendies ont été piégées à leur domicile ou dans leur voiture selon le porte-parole du gouvernement grec, Dimitris Tzanakopoulos. Plus de 600 pompiers aidés dans les airs par des hélicoptères bombardiers d'eau, ont été déployés. De nombreux rescapés ont été conduits vers des hôtels et des camps militaires.

Les habitants fuient au milieu des voitures calcinées par les flammes au port de Mati à 40 kms au nord-est d'Athènes - AFP
Les habitants fuient au milieu des voitures calcinées par les flammes au port de Mati à 40 kms au nord-est d'Athènes © AFP - ANGELOS TZORTZINIS

Polémique sur la gestion de la crise

Le gouvernement a déclaré un deuil de trois jours, avec mise en berne des drapeaux. Les autorités ont aussi promis d'indemniser toutes les familles et de prendre en charge les obsèques. Mais la gestion de la crise suscite la polémique dans le pays. Le grand quotidien d'opposition Ta Nea a notamment critiqué dans ses colonnes "l'incapacité (...) et l'échec du gouvernement à protéger ses citoyens à quelques kms d'Athènes" et appelé à rechercher des responsabilités. 

En réponse, le Premier ministre, Alexis Tsipras, a souligné à quel point le phénomène était "extrême". La simultanéité de "15 départs de feu sur trois fronts différents" a aussi compliqué les opérations de secours a fait valoir son porte-parole Dimitris Tzanakopoulos.  

La Grèce a activé le mécanisme européen de protection civile et s'est vu offrir de l'aide, surtout en moyens aériens par l'Espagne, la France, Israël, la Bulgarie, la Turquie, l'Italie, la Macédoine et le Portugal.

  - Visactu
© Visactu -