Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

Dans la Drôme, la migration des cigognes bat son plein

jeudi 7 février 2019 à 17:15 Par Alexandre Berthaud, France Bleu Drôme Ardèche

Plus de 1.500 cigognes observées au belvédère de Pierre Aiguille à Crozes-Hermitage (Drôme) en une semaine par les bénévoles de la Ligue de protection des oiseaux : aucun doute la migration a commencé dans le département. C'est normal, selon la LPO, car l'espèce se porte bien.

Des cigognes prises en photo avenue Marcel Faure, à Valence
Des cigognes prises en photo avenue Marcel Faure, à Valence - Bernard Lavallee

Crozes-Hermitage, France

C'est un des oiseaux préférés des spécialistes de la LPO comme des badauds : la cigogne a entamé sa migration. Vous l'avez peut-être remarqué, elles sont nombreuses à passer au-dessus de la Drôme et de l'Ardèche. Les bénévoles de la Ligue de protection des oiseaux ont observé près de 1.500 passages en une semaine au niveau de l'observatoire de Pierre Aiguille. Une migration en temps et en heure, le rythme des cigognes n'est pas pour le moment perturbé par le changement climatique.

"La population se porte très bien, il y a plus d'individus et donc plus de migrations", explique Rémi Métais, spécialiste de la migration et ornithologue à la LPO. Le public est invité à rejoindre les bénévoles pour l'observation à Crozes-Hermitage. "Ça a toujours du succès auprès du public, même nous, on aime bien observer les cigognes", ajoute Rémi Métais, avec le sourire.