Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

Dans le sud Manche, nouveau coup dur pour le projet de parc éolien de Saint-Georges de Rouelley

mardi 30 octobre 2018 à 17:39 Par Benoît Martin, France Bleu Cotentin et France Bleu Normandie (Calvados - Orne)

Le tribunal administratif de Caen vient de donner raison aux associations environnementales qui demandaient l'annulation de l'autorisation d'exploitation du parc éolien prévu sur les communes de Ger de Saint-Georges de Rouelley. Ce, au nom de la protection de chauves-souris.

Nouveau coup dur pour le projet de parc éolien de Saint-Georges de Rouelley
Nouveau coup dur pour le projet de parc éolien de Saint-Georges de Rouelley © Maxppp - Matthieu Botte

Le parc d'éoliennes de Ger et Saint-Georges de Rouelley dans le sud Manche, n'est pas prêt de voir le jour. Depuis 2008, la société Vent d'Oc tente d'installer sur le site, 6 éoliennes. Mais le tribunal administratif de Caen vient de porter un sérieux coup au projet en annulant l'autorisation d'exploiter le parc accordée par le Préfet de la Manche. Une victoire pour les différentes associations environnementales qui avaient porté l'affaire en justice. Des associations comme le CREPAN, le groupe ornithologique normand ou encore Manche Nature, pas opposées par principe à l'éolien : pour Manche Nature, c'était d'ailleurs une première démarche contre un parc de ce genre. 

Protéger les chauves-souris

Ce qui rassemble les plaignants, c'est la présence sur le site retenu, d'une colonie importante de chiroptères, des chauves-souris protégées. Selon les associations, l'impact environnemental des éoliennes serait néfaste pour ces animaux. C'est la thèse qu'avait défendue le rapporteur public en septembre devant le tribunal administratif à Caen. Et c'est donc en prenant en compte ces arguments que ce même tribunal vient de communiquer sa décision d'annulation de l'autorisation d'exploiter le parc. Le tribunal qui estime que l'étude d'impact réalisée par le promoteur du projet, la société Vent d'Oc, avait sous-évalué l'activité des chauves-souris sur le site retenu pour la construction des éoliennes.  

Un appel de la société Vent d'Oc?

La société faisait également l'objet de contentieux portés par d'autres associations contre cette fois, les permis de construire des 6 éoliennes. D'après le maire de Saint-Georges de Rouelley, la cour administrative d'appel de Nantes à confirmé leur validité. Reste que sans autorisation d'exploiter un parc éolien, il n'y a plus d'intérêt à construire les éoliennes. La société Vent d'Oc dispose encore du droit à faire appel de la décision du tribunal administratif : contactée, elle n'a pas donné suite à nos demandes de précisions sur sa position.