Climat – Environnement

Dans les coulisses de Vigicrues à Nîmes

Par Anne Pinczon du Sel, France Bleu Gard Lozère et France Bleu jeudi 13 octobre 2016 à 19:33 Mis à jour le jeudi 13 octobre 2016 à 19:41

Les prévisionnistes de Vigicrues analysent en temps réels les données des cours d'eau
Les prévisionnistes de Vigicrues analysent en temps réels les données des cours d'eau © Radio France - Anne Pinczon du Sel

Le département du Gard a été placé en vigilance orange pluie et inondations ce jeudi. Parmi les acteurs qui permettent de s'informer sur les intempéries, il y a les prévisionnistes de Vigicrues. A Nîmes, c'est le Service Prévisions Crues (SPC) Grand Delta qui surveille les cours d'eau du Gard.

Dans un petit bureau au 6e étage de la DDTM à Nimes, une dizaine d'ordinateurs alignés affichent des courbes, des tableaux, des chiffres, et des images radars. C'est là que travaillent les 13 prévisionnistes de Vigicrues du SCP Grand Delta.

En période de crise, deux prévisionnistes sont d'astreinte 7 jours sur 7 et 24h sur 24. "Mais ils ne sont pas forcément présents en permanence dans les locaux", détaille Pierre-Yves Valentin, le responsable du service prévision des crues Grand Delta.

"Nos stations hydrométriques et pluviométriques sont équipées de seuils. Dès que ça dépasse 20 mm en une heure, la station appelle directement le numéro d'astreinte et le prévisionniste peut, depuis chez lui, se connecter, vérifier la situation, et se rapatrier au bureau si c'est nécessaire."

Des informations en temps réel sur internet

Les prévisionnistes de Vigicrues ont plusieurs missions. D'abord ils récoltent les données de toutes leurs stations qui mesurent la hauteur et le débit des cours d'eau du Gard et de six autres départements. Ils publient ces informations en temps réel sur le site internet de Vigicrues.

Ensuite, ils classent les cours d'eau par couleur : vert, jaune, orange et rouge, en fonction du niveau de risque de crue et de débordement. Et quand la crue est en cours, ils publient sur le site internet l'évolution de la montée de l'eau. Depuis cet été, ces informations sont réactualisées toutes les cinq minutes.

"Les habitants doivent être acteurs de leur propre sécurité"

Pierre-Yves Valentin le reconnaît, son équipe aime quand ça bouge : "les prévisionnistes finalement, on aime les périodes de crise, quand il y a de l'action. Mais ne vous inquiétez pas, quand on repasse en mode normal, on a quand même du travail, il faut vérifier que le réseau de stations fonctionne bien, remettre les données à jour, etc."

Et si ce sont eux qui travaillent pendant les intempéries, c'est pour permettre à chacun de s'informer correctement. "Nous, on récolte les données, on fait les analyses, on les publie, mais ce sont les habitants qui doivent prendre le temps de lire tout ça et être acteurs de leur propre sécurité", résume Yann Laborda, responsable de l'unité prévisions du service prévision crues Grand Delta.

Partager sur :