Climat – Environnement

Dans ses cimetières, Dijon fait une croix sur les pesticides

Par Jacky Page, France Bleu Bourgogne mardi 1 novembre 2016 à 16:53

Les 30 hectares du cimetière des Péjoces sont désormais entretenus de façon écologique
Les 30 hectares du cimetière des Péjoces sont désormais entretenus de façon écologique © Radio France - Jacky Page

La ville a pris un an d'avance sur la réglementation qui interdit l'usage des produits phytosanitaires sur l'espace public à partir du 1er janvier 2017. Exemple avec le cimetière des Péjoces où les produits chimiques sont désormais bannis.

La règle est désormais de mise pour l'entretien des 850 hectares d'espaces verts de la ville de Dijon, qui souligne en cette période de Toussaint, que les 30 hectares du cimetière des Péjoces sont entretenus sans l'aide des désherbants, fongicides ou insecticides dangereux et polluants. La gestion d'un cimetière aux allées de gravillons nues et sans le moindre brin d'herbe appartient au passé.

Sur les trottoirs, les Dijonnais ont pu constater que la chasse aux herbes folles n’est plus systématique. Mais dans un cimetière, Stéphanie Modde, adjointe au maire déléguée à l’écologie urbaine, admet que l’idée pouvait passer plus difficilement : « On avait toujours à l’esprit qu’un cimetière, c’est quelque chose de propre. On essaye, là, et on s’aperçoit que l’aspect est très propre. C’est une gestion différente, mais organisée. On ne fait pas n’importe quoi ».

Désherbage manuel et allées enherbées

C'est la SDAT, une entreprise d'insertion, qui est chargée de l'entretien des allées du cimetière des Péjoces. Une douzaine d'ouvriers travaillent régulièrement au désherbage, à l'huile de coude car les autres techniques écologiques, thermiques ou à la vapeur, ne donnaient pas un résultat aussi net qu'un arrachage manuel.

Du gazon recouvre progressivement les gravillons des allées - Radio France
Du gazon recouvre progressivement les gravillons des allées © Radio France - Jacky Page

Le cimetière des Péjoces est destiné à devenir de plus en plus vert puisque le choix a été fait d’engazonner les allées et trottoirs, directement sur les gravillons. Des graines mélangées à un substrat spécial ont été semées sur une superficie totale de 1,2 hectare. L’herbe choisie a une croissance lente et un bon pouvoir couvrant. Elle ne devrait nécessiter que trois tontes par an.

Patrice Chateau, adjoint au maire délégué à l'environnement : comment gérer les herbes dans un cimetière ?