Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

Tours : encore 3.000 lampadaires à changer d'ici 2020

mercredi 9 mai 2018 à 8:55 Par France Bleu Touraine, France Bleu Touraine

Les lampadaires changent à Tours ! Toxiques, trop chers, pas lumineux, dangereux... 6.000 lampes à vapeur de mercure, ces "ballons fluo" finissent d'être remplacées par des technologies LED. La municipalité promet de tous les remplacer avant la fin de son mandat, d'ici mars 2020.

Photo d'illustration
Photo d'illustration © Maxppp - THIERRY PONS

Tours, France

Sur les 20.000 lampadaires de la ville, certains datent encore d'il y a 40 ans. Ce sont les fameuses lampes à vapeur de mercure, ou plus communément appelés les "ballons fluos". Passées de 6 000 à 3 000 depuis 2014, ces lampes énergivores sont en train d'être remplacées. Il en reste donc encore 3 000 à changer avant la fin du mandant, dans deux ans.  

Des économies garanties

La cadence s'accélère pour remplacer ces vieux lampadaires. L'adjoint au maire de Tours Brice Droineau promet que les délais seront tenus. Des technologies LED sont installées, "elles éclairent mieux" affirme-t-il. L'intensité de ces nouveaux lampadaires pourra aussi être modulée, permettant des économies supplémentaires à certaines heures de la nuit.

Quand vous rentrerez chez vous le soir, la rue sera complètement éclairée" 

Les lampes à vapeur de mercure sont interdites depuis trois ans par une directive européenne à cause de leur toxicité, de leur lumière blanche qui n'éclaire que très peu, et enfin à cause de leur surconsommation. Chaque année, ils coûtent à la ville 1,4 million d'euros. Grâce aux nouvelles technologies LED, la municipalité souhaite économiser 250 000 kWh par an, soit près de 250 000 euros chaque année. 

À lire aussi → L'autre chantier de la municipalité : Trois fois plus de rues rénovées à Tours chaque année