Climat – Environnement

Dégâts dans le Voironnais après l'orage de grêle

Par Lisa Melia, France Bleu Isère lundi 24 juillet 2017 à 15:33

L'orage de grêle a fait des dégâts à Moirans
L'orage de grêle a fait des dégâts à Moirans - Gérard Simonet

Un orage de grêle s’est abattu sur le Voironnais, samedi soir. Verrières brisées, toitures trouées, parebrises ruinés, vergers décimés : en quelques minutes, les grêlons de la taille d’un œuf ont fait des dégâts.

Ramasse-noix à la main, Gilbert s’affaire sous l’un de ses quatre noisetiers. « Moi, je fais ça de manière artisanale, sourit le retraité. Mais pour les voisins, c’est un mauvais coup. » Plusieurs sceaux et une brouette remplis de noix encore vertes témoignent de la violence de l’orage de grêle, samedi soir. Il y e a pour plusieurs dizaines de kilos de récolte, perdus. Même les noix qui se sont accrochées aux branches sont en sale état : « Elles sont complètement fichues, il y a des trous partout ! Elles ne vont pas tarder à tomber », précise Gilbert, fataliste.

A Saint-Blaise-du-Buis, même spectacle : des noix aux pieds des arbres, une récolte sévèrement entamée, à tout juste un mois de la maturation. « Dans le jardin, tout y est passé, raconte Gilbert. Les tomates, les haricots verts… Il ne reste rien ! » De mémoire d’Isérois et de jardinier, il n’a jamais vu ça en 40 ans.

Ça aurait pu être pire !

Les exploitants ne sont pas les seuls à avoir souffert des grêlons, qui sont tombé pendant une dizaine de minutes, samedi soir. A Moirans, plusieurs habitants ont subi de la casse. Le maire Gérard Simonet préfère relativiser : « Heureusement, personne n’a été blessé ! Quand on voit l’état du toit de la mairie, qui a été perforé, on se dit que si par hasard il y avait eu des enfants ou des parents avec une poussette au moment de l’orage, on aurait pu avoir des blessés. Et comme nous sommes en août, il y avait moins de voitures en ville, donc ça limite aussi les dégâts matériels. »

Reste que le maire va désormais se mettre à pied d’œuvre pour accompagner les habitants qui ont connu de gros dégâts. Des abris, des parebrises de voitures, des vérandas, des toitures… perforés, voire explosés par les grêlons « de la taille d’un œuf », précise le maire en montrant sur son téléphone une photo prise juste après l’orage.

Des grêlons de la taille d'un oeuf - Aucun(e)
Des grêlons de la taille d'un oeuf - Gérard Simonet

Les grêlons n’ont touché qu’une partie de la commune, une zone assez réduite, le long de la RN85, de Moirans jusqu’aux coteaux de Rives. Gérard Simonet a demandé le placement de la commune en état de catastrophe naturelle, pour faciliter la procédure pour les particuliers qui doivent désormais se tourner vers leur assurance. Pour leur éviter, surtout, d’avancer la franchise. « Il va falloir s’habituer, indique l'édile. Cet événement, juste après un gros pic de chaleur, est lié au réchauffement climatique et ils seront de plus en plus fréquents. »