Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

Depuis 10 ans, nous mangeons de moins en moins de viande

jeudi 6 septembre 2018 à 17:09 Par Valérie Barbe, France Bleu

En moyenne 12% de moins, d'après une étude du Credoc, le centre expert qui étudie nos modes de vies. La raison : notre prise de conscience des dégâts sur l'environnement et sur notre santé et aussi les prix de la viande.

La souffrance animale et les émissions de CO2 dues à l'élevage ont aussi détournés les Français de la viande.
La souffrance animale et les émissions de CO2 dues à l'élevage ont aussi détournés les Français de la viande. © Maxppp - Patrick Lefevre.

Selon une étude du Centre de recherche pour l'étude et l'observation des conditions de vie (Credoc) rendue publique le 4 septembre. les Français mettent de moins en moins de viande dans leurs assiettes depuis une dizaine d'années. Et ce pour plusieurs raisons.

S'ajoute à ça, le prix de la viande qui a beaucoup augmenté ces dernières années. Et plus vite que l'inflation. Ce qui en fait presque un produit de luxe donc consommé bien moins souvent..

Manger moins de viande : une tendance générale

La consommation de viande diminue partout, quels que soient l'âge et la situation sociale. En 2007, les Français mangeaient en moyenne 153 grammes de viande ou de charcuterie par jour contre 135 grammes aujourd'hui. Soit l'équivalent d'un gros steak. C'est surtout les ventes de viande rouge et de charcuterie qui ont baissé. Les envies de volaille, elles, restent stables. 

"Il y a une prise de conscience du fait qu'il y a une surexploitation des bovins, des conditions d'abattage qui sont d'autant moins acceptables  maintenant qu'il y a des images", explique notamment le docteur Arnaud Cocaul médecin nutritionniste interrogé par franceinfo. Ce dernier évoque également une inquiétude croissante autour des enjeux sanitaires, et des répercussions potentielles "sur votre propre organisme". En 2015, l'OMS l'Organisation mondiale de la santé a en effet confirmé le lien entre l'excès de viande rouge et certains cancers.

Les plus jeunes, plus "viandards"

Les 18/24 ans sont ceux qui ont le moins renoncé aux produits carnés. Car ce sont de gros, gros consommateurs de pizza, de hamburgers, de sandwichs et de plats préparés. Ils ne cuisinent presque pas et ils déjeunent ou dînent plus que leurs aînés à l'extérieur. C'est donc ces produits tout fait ou transformés, qui les rendent encore assez "carnivores". 

La consommation de viande, aussi un marqueur social

Ce sont les classes sociales les plus favorisées qui ont le plus diminué leur consommation. Presque 20% de moins. Et d'après les experts, il est devenu de bon ton pour les cadres d'afficher cette modération pour les produits carnés, contrairement à ce qui avait cours il y a 30 ans. A l'inverse, les ouvriers sont ceux qui ont le moins freiné sur la consommation de viande. Mais là, aussi c'est en net recul avec 15% de baisse. 

Signe que la tendance est bien à une consommation moindre. D'ailleurs, désormais, plus d'un tiers des Français et plus de 40% des cadres se disent flexitariens. Ils alternent les repas végétariens et les repas avec viande. Mais le nombre de végétariens 100% sans viande a eu beau tripler, il ne représente toujours que 1% de la population.   

  - Aucun(e)
-