Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

Plus de glyphosate dans nos jardins !

dimanche 13 janvier 2019 à 6:06 Par Céline Autin, France Bleu Creuse

Au 1er janvier, on ne peut plus acheter, utiliser ou stocker des pesticides chimiques pour notre jardin. Les enseignes de jardinerie ont vidé leurs rayons. Les vendeurs donnent leurs conseils pour jardiner sans produits chimiques.

Au rayon des désherbants, les pesticides chimiques ont disparu.
Au rayon des désherbants, les pesticides chimiques ont disparu. © Radio France - Céline Autin

Guéret, France

« Je me suis dit que peut-être, il en resterait un ou deux litres … et là non, terminé, y’a plus rien ! », s’exclame Gilles devant les rayons vides des pesticides de synthèse. A Guéret, dans le magasin Gamm vert, il est venu se renseigner sur la fin de leur mise en vente. « Je n’utilisais pas beaucoup les pesticides, mais j’ai du chiendent et du millefeuille, qui sont des plantes très dures à enlever. » Gilles est prêt à utiliser d’autres produits : « Comme dit l’autre, on en prend un litre et on essaye. S’il y a un désherbant équivalent, qui fait le même effet, y’a pas de souci pour moi. »

« On a anticipé »

Bertrand Jolivet, le responsable du magasin, explique que l’interdiction de la vente aux particuliers a été prévue par son équipe : « On a anticipé la fin de série qui allait mettre nos stocks à zéro. On n’a quasiment plus rien. » Le responsable est mobilisé avec ses vendeurs pour rassurer les clients et les orienter vers de nouveaux produits, naturels : « On va proposer des produits de remplacement [dits biologiques car leurs molécules sont naturelles], parce qu’on va toujours pouvoir désherber au pulvérisateur. Donc la marque Roundup existe toujours, mais avec d’autres molécules et d’autres composantes. Et puis on va inviter les clients à travailler différemment. »

Comment on jardine alors ? 

Travailler différemment, c’est utiliser l’huile de coude plutôt que le glyphosate. Et pour Yves Glomot, patron de la jardinerie Glomot à Saint-Fiel, il faut aussi s'y prendre à l'avance : « Il faut observer son jardin, regarder les insectes, parce que les produits naturels traitent plutôt en préventif. Et il faut éviter de multiplier les doses. Aujourd’hui, ces matières actives naturelles vont être plus douces et travailler dans le temps. »

Attention, ces produits restent dangereux. Yves Glomot avertit : « les matières actives naturelles des pesticides biologiques doivent être utilisées comme tous les produits : il faut se protéger, mettre des gants et un masque. Donc « naturel », ça ne veut pas dire que ça n’est pas un poison. »

L'interdiction de vente, d'utilisation et de stockage des pesticides de synthèse concerne seulement les particuliers. Les professionnels comme les agriculteurs peuvent encore en acheter, mais ils doivent disposer d'un agrément délivré par l'Etat.  S'il vous reste des pesticides chimiques chez vous, interdits aussi bien à la vente qu'à l'utilisation, rapportez-les dans les déchetteries.

Liste des pesticides de synthèse chimiques interdits à la mise sur le marché.