Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Environnement

Dérèglement climatique : le climat de Dijon pourrait devenir celui d'Orange aujourd'hui

-
Par , France Bleu Bourgogne

Ce mardi, une centaine de spécialistes se réunissaient au sujet du dérèglement climatique à Dijon. Selon Météo France, dans cent ans, il pourrait faire aussi chaud ici que dans le Vaucluse. Cette hausse des températures pourrait modifier profondément l'agriculture en Bourgogne-Franche-Comté.

L'ours blanc du parc Darcy avec une banderole des manifestants de la marche pour le climat
L'ours blanc du parc Darcy avec une banderole des manifestants de la marche pour le climat © Radio France - Anne Pinczon du Sel

Bourgogne-Franche-Comté, France

Ce mardi à Dijon avait lieu la première journée régionale de la Donnée et de la Connaissancesur le thème du changement climatique. Le dérèglement climatique est une urgence mondiale, nationale, mais aussi locale qui se manifeste par une hausse des températures tout au long de l'année. Une canicule comme celle que l'on est en train de vivre n'est pas anormale en soi, mais ce phénomène risque d'être de plus en plus fréquent et intense. Le bilan est plutôt inquiétant : notre climat va changer et nos modes de production agricolesvont devoir suivre.

"Aujourd'hui les températures qu'on a à Dijon ou à Besançon sont celles qu'on avait Lyon, il y a 100 ans"

"Au jour le jour, on capte un peu plus d'énergie, donc chaque nuit il fait un peu plus doux. Tout cela fait que petit à petit on se déplace de 10 mètres vers le sud," explique Bruno Vermot-Desroches, chef du centre Météo-France de Besançon. 

C'est sûr qu'au quotidien on ne s'en rend pas compte, les plus vieilles générations elles peuvent le ressentir, cela se joue sur la durée, explique le spécialiste : "deux points à 10 mètres l'un de l'autre, cela ne fait pas grand chose, les températures sont pas très différentes ! Mais quand on fait 4 kilomètres tous les ans ou 40 kilomètres tous les 10 ans on peut commencer à voir quelque chose ... Et dans 100 ans, cela fait 400 kilomètres." 

"Chaque nuit il fait un peu plus doux" : Bruno Vermot-Desroches

Concrètement, il ajoute qu'"aujourd'hui les températures qu'on a à Dijon ou à Besançon sont celles qu'on avait Lyon, il y a 100 ans. Donc dans 100 ans on peut estimer atteindre les températures d'Orange voir même un peu plus au sud si jamais on ne fait rien."

Bruno Vermot-Desroches de Météo France  - Radio France
Bruno Vermot-Desroches de Météo France © Radio France - Sophie Allemand

Vers une adaptation de nos habitudes agricoles et viticoles

Ceux qui se prennent ce dérèglement climatique en première ligne sont les agriculteurs et viticulteurs, qui voient régulièrement leurs récoltes et finances se détériorer face à des phénomènes incontrôlables de sécheresse et de gèle.

"On ne sait pas ce que sera l'agriculture de demain. Ce dont on est sûr, c'est que ce ne sera pas l'agriculture qu'on a aujourd'hui sur nos territoires," explique Céline Buche, chargée de mission changement climatique à la chambre régionale d'agriculture de Bourgogne Franche-Comté. En viticulture il faudra peut-être "vendanger de nuit, car les indices de fraîcheur vont être modifiés, il faudra mieux s'organiser sur le système de fourrages, sur les bâtiments il y a beaucoup de travail à faire aussi," ajoute-t-elle.

"On peut imaginer des oliviers en Côte-d'Or" - Céline Buche

Cela peut aller jusqu'à une délocalisation des filières, "il va falloir peut-être repenser la localisation et les cahier des charges car les productions vont évoluer sur les années à venir, souligne la chargée de mission. On peut imaginer des oliviers en Côte-d'Or ! On est conscient que l'agriculture que l'on a actuellement en Bourgogne-Franche Comté va pouvoir devenir celle que l'on a actuellement vers Valence ou Orange."

Actuellement il n'existe pas d'aide financière préventive pour accompagner les agriculteurs dans cette adaptation.  Il existe simplement le système d'assurances en réaction, suite à des accidents climatiques.