Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

Des amendes pour 12 militants anti-glyphosate à Béziers

mercredi 4 juillet 2018 à 11:44 Par Salah Hamdaoui, France Bleu Hérault

12 militants anti-glyphosate ont été condamnés à des amendes ce mercredi par le tribunal correctionnel de Béziers (Hérault) pour une action menée dans un magasin de bricolage en 2016. Ils avaient sorti des rayons et aspergé de peinture des pesticides contenant du glyphosate.

Ils avaient badigeonné de peinture les flacons de Roundup pour les rendre invendables (illustration)
Ils avaient badigeonné de peinture les flacons de Roundup pour les rendre invendables (illustration) © Maxppp -

Pézenas, France

Douze militants écologistes ont été condamnés ce mercredi à 100 euros d'amende par le tribunal correctionnel de Béziers pour avoir mené une action anti-glyphosate dans un magasin Bricomarché de Pézenas, en mars 2016. Pour onze d'entre eux , la peine est assortie d'un sursis. Ces militants, membres du collectif "faucheurs volontaires d'OGM", avaient sorti des rayons et aspergé de peinture des pesticides contenant du glyphosate, en l'occurrence du Roundup, les rendant ainsi impropres à la vente.

Ils demandent l'interdiction pure et simple

Ils étaient initialement jugés pour "destruction de biens" mais le tribunal a requalifié les faits en "dégradation légère". Il n'a pas donné droit à l'enseigne qui réclamait l'indemnisation des pertes commerciales du magasin pour un montant de plus de 12.500 euros. Lors du procès, le 6 juin, un mois de prison avec sursis avait été requis par le parquet contre les douze prévenus. Leur avocat avait plaidé la relaxe.

A la barre, les militants avaient revendiqué cette "action non-violente", parlant de "désobéissance citoyenne" visant à informer l'opinion publique sur "la nocivité du glyphosate" dont il demande l'interdiction pure et simple. C'était également une façon de résister face à "la valse hésitation des politiques" sur la question.