Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

Glyphosate : des Ariégeois lancent une campagne nationale de prélèvements urinaires

mardi 10 avril 2018 à 6:06 Par Marius Delaunay, France Bleu Occitanie et France Bleu

Régulièrement dénoncé par les associations environnementales, le glyphosate, un herbicide très utilisé pour les cultures, a aussi un impact sur la santé humaine. C'est ce que veulent démontrer les Faucheurs Volontaires ariégeois avec une campagne de prélèvements urinaires.

Une manifestation contre l'utilisation de pesticides, dont le glyphosate.
Une manifestation contre l'utilisation de pesticides, dont le glyphosate. © Maxppp - Maxppp

Ariège, France

Un appel national est lancé. Les Faucheurs Volontaires d'Ariège cherchent des volontaires pour se soumettre à un test particulier, un prélèvement d'urine. Il doit permettre de montrer la présence de glyphosate dans notre corps. Cet herbicide, régulièrement utilisé pour l'agriculture intensive, aurait des conséquences très néfastes sur notre santé. Et on le retrouve partout selon Dominique Masset.

Il y a énormément de risques à être exposé au glyphosate. C'est un perturbateur endocrinien, probablement cancérigène. Il peut aussi créer des problèmes de fertilité, des modifications génétiques. Et qu'on soit en ville ou à la campagne, les risques d'exposition restent très importants. - Dominique Masset, faucheur volontaire ariégeois.

Plus d'un millier volontaires recherchés

Actuellement, le prélèvement urinaire est la meilleure méthode selon les Faucheurs Volontaires pour montrer la présence de glyphosate dans le corps humain.  Ils font donc appel dans un premier temps à plus de 1500 volontaires pour lancer leur campagne nationale. Et financent une bonne partie des frais d'analyses, qui seront ensuite envoyées à un laboratoire allemand. Un simple prélèvement coûte 86 euros, et les Faucheurs Volontaires s'engagent à en payer la moitié.

Une centaine de plaintes attendues contre Monsanto 

Ces milliers d'analyses doivent ensuite servir à se porter en justice, pour ceux qui le souhaitent, contre différents producteurs de pesticides, notamment le géant de l'agroalimentaire américain Monsanto, qui produit le glyphosate. Une centaine de personnes à travers la France ont déjà fait les tests urinaires. Toutes les analyses ont révélé une présence anormale de glyphosate dans le corps des volontaires. Avec plus d'un millier d'autres tests, les Faucheurs Volontaires espèrent créer une prise de conscience nationale sur le danger encouru.

Un crowdfunding pour financer les actions en justice

Mais tout cela a un coût, plutôt élevé. Avec les frais d'huissier, le simple prélèvement urinaire monte à 135 euros. D'où la nécessité pour les Faucheurs Volontaires d'en appeler à la bonne volonté publique. Un crowdfunding est en ligne pour financer une partie de la campagne, des frais d'analyses aux frais d'expédition au laboratoire. L'association espère récolter jusqu'à 120 000 euros.