Climat – Environnement

Des associations de défense de l'environnement dénoncent la pollution des bateaux de croisières à Marseille

Par Thibault Maisonneuve, Philippe Boccara et Fabien Le Dû, France Bleu Provence et France Bleu lundi 13 novembre 2017 à 19:22

Marseille est le premier port de croisière français avec plus de 500 escales par an
Marseille est le premier port de croisière français avec plus de 500 escales par an © Maxppp -

Alors que le réseau de surveillance Air PACA organise ce mardi une journée méditerranéenne de l'air à Marseille, des associations de défense de l'environnement dénoncent la pollution des bateaux de croisières. Les sociétés de croisières s'engagent à utiliser un carburant moins polluant.

Des associations de défense de l'environnement demandent aux compagnies de croisières de réduire la pollution émise par les paquebots à quai à Marseille, premier port de croisières en France avec près de 500 escales par an. Un appel alors que le réseau de surveillance Air PACA organise à Marseille ce mardi une journée méditerranéenne de l'air.

Le diesel marin 100 fois plus polluant que le diesel automobile, selon les associations

Ces associations déplorent que les sociétés de croisières utilisent des générateurs alimentés notamment par du diesel marin lorsque les bateaux sont à quai pour avoir de l'électricité. Un carburant qui contient "100 fois plus de souffre que le diesel automobile", utilisé également par "les cargos, les méthaniers et les portes containers". À Marseille "un tiers des oxydes d'azote, polluants principaux des villes, est émi par les navires, ce qui est quasiment autant que la circulation automobile", fait remarquer le directeur d'Air PACA, Dominique Robin.

"On a des poussières résiduelles des fumées qui se déposent sur les balcons." Un habitant de Mourepiane à Marseille

"On voit des panaches noirs s'échapper des navires. On a des poussières résiduelles des fumées qui se déposent sur les balcons", raconte Patrick Borg, membre de l'association Cap au Nord à Marseille, qui demande que les bateaux soient branchés électriquement.

Des navires qui utilisent de plus en plus le gaz naturel liquéfié

Neil Palomba, président de Costa Croisières, répond que "75% de (sa) flotte est aujourd'hui équipée de scrubbers, des appareils qui lavent les fumées et que deux nouveaux paquebots construits en Finlande (livrés en 2019) sont équipés d'une propulsion au gaz naturel liquéfié (GNL)". Quant à MSC Croisière, le GNL sera utilisé pour quatre paquebots qui doivent être livrés entre 2022 et 2026. L'armateur marseillais CMA CGM a annoncé la semaine dernière qu'il allait faire construire neuf porte-containers de très grande capacité avec une propulation GNL.

La puissance des bornes électrique sur le port de Marseille insuffisante

S'il existe quatre bornes électriques pour les ferries de La Méridionale, par exemple, avec une réduction des émissions de particules équivalentes au trajet de 3.000 voitures entre Aix-en-Provence et Marseille, la puissance électrique sur le port n’est pas suffisante aujourd’hui pour alimenter simultanément plusieurs grands paquebots de croisière.

Un quai électrifié de 400 mètres à Toulon

À Toulon, les navires font plus d'une centaine d'escales chaque année. Toulon où le transport maritime représente 23% de la pollution au dioxyde de souffre. En 2020, de nouvelles normes seront imposées aux compagnies. C'est également en 2020 qu'un quai de plus de 400 mètres devrait être électrifié, comme c'est déjà le cas depuis plus de 100 ans par la Marine.