Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Des capteurs mobiles sur le toit des voitures pour traquer la pollution aux particules fines en Haute-Savoie

-
Par , France Bleu Pays de Savoie

Déjà expérimenté à Paris, et à Lille, le dispositif Pollutrack est pour la première fois développé à l'échelle d'un département, la Haute-Savoie. Equipées de micro-capteurs, 70 voitures d'Enédis, vont mesurer et transmettre en temps réel les concentrations en particules fines PM 2,5.

De la taille d'un gros smartphone, les micro-capteurs de pollution équipent 70 voitures de l'électricien ENEDIS
De la taille d'un gros smartphone, les micro-capteurs de pollution équipent 70 voitures de l'électricien ENEDIS © Radio France - Marie Ameline

Détecter et mesurer la pollution aux particules les plus fines et les plus dangereuses pour la santé, les PM 2,5 dont le diamètre est inférieur à 2,5 micromètres, c'est ce que font désormais au quotidien en Haute-Savoie, en particulier autour d'Annecy et dans la vallée de l'Arve, des micro-capteurs fixés sur le toit de 70 voitures du fournisseur d'électricité ENEDIS.

"Tellement dangereuses les PM 2,5 , et pourtant si faciles à éliminer" 

Le boîtier Pollutrack, mesure désormais en temps réel, et  localise très précisément sur une carte, les niveaux de ces particules PM 2,5, si fines qu'elles peuvent pénétrer le réseau sanguin et provoquer de très graves maladies, comme des cancers. 

Et pourtant, assure Eric Poincelet,  le président de la société Planetwatch24, qui a conçu ce dispositif Pollutrack, ces particules sont faciles à éliminer.

L'expérimentation parisienne montre que la localisation précise des sources de pollution aux PM 2,5 permet de mettre en ouvre des solutions simples te rapides pour les détruire. Explications Marie AMELINE

Les micro-capteurs laser contenus dans ce boîtier vont permettre de préciser, à la rue près, les concentrations en PM 2,5
Les micro-capteurs laser contenus dans ce boîtier vont permettre de préciser, à la rue près, les concentrations en PM 2,5 © Radio France - Marie AMELINE

Enédis dont la flotte de véhicules parcourt chaque année dans le département un million de kilomètres. Ce dispositif "POLLUTRACK" est déjà expérimenté sur la ville de Paris et la métropole de Lille, mais c'est la première fois qu'il est développé à l'échelle d'un département, de montagne de surcroît.

Les premiers mesures de Pollutrack seront mises à disposition de la collectivité dans environ trois mois, et exploitées par ATMO Rhône-Alpes , l'observation pour la surveillance et la qualité de l'air pour compléter les données fournies par la dizaine de stations de surveillance fixes disséminées en Haute-Savoie.

"On va récupérer l'ensemble de ces mesures pour mobiles pour augmenter notre observatoire" Didier Chapuis, directeur d'ATMO Auvergne Rhône-Alpes

Choix de la station

À venir dansDanssecondess