Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

Des mails d'un certain "glyphosatman" envoyés pour discréditer le militant écologiste mayennais Roger Godefroy

-
Par , France Bleu Mayenne

Il y a quinze jours, le militant écologiste Roger Godefroy avait découvert plusieurs tonnes de pneus déversées devant sa maison à Arquenay. La mauvaise blague ne s'arrête pas là pour celui qui est l'un des fondateurs en Mayenne de la Fédération pour l'environnement.

Le Mayennais Roger Godefroy devant sa propriété, le 19 mars dernier.
Le Mayennais Roger Godefroy devant sa propriété, le 19 mars dernier. © Radio France - Marie-Jeanne Delepaul

Arquenay, France

Jeudi et dimanche, un auteur anonyme a envoyé des mails via une adresse au nom de "Glyphosatman". Dans ces mails reçus par des journalistes de la presse locale et des membres d'associations écologistes, Roger Godefroy fait l'objet de menaces. L'auteur du mail accuse en effet le militant écologiste d'avoir utilisé du glyphosate pour traiter les mauvaises herbes des allées de sa maison. Avec, à l'appui, des photos prises devant et dans sa propriété, à son insu. 

Une enquête est ouverte

Pour Roger Godefroy, cette affaire le dépasse totalement. Il explique avoir utilisé un produit naturel et qui ne contient pas de glyphosate contrairement à ce prétend le second mail. L'homme de 72 ans est retourné par cette situation qui prend de l'ampleur. Le second mail envoyé dimanche 31 mars en fin de journée est signé des "Coquelicots sentinelles de l'environnement" mais il s'agirait d'une usurpation de signature selon les membres de la Fédération de l'Environnement qui se sont renseignés auprès de l'association concernée.

La gendarmerie de Meslay-du-Maine est chargée de l'enquête.