Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

Des maires drômois se mobilisent, fusil à la main, contre le loup avec une photo choc

mardi 7 novembre 2017 à 6:18 Par Victor Vasseur, France Bleu Drôme Ardèche

Ils veulent se faire entendre. Quatre élus drômois, deux maires et deux adjoints, posent sur une photo. A quelques jours d’une nouvelle réunion entre les associations et les représentants de l’Etat, ces élus réclament un assouplissement des règles pour prélever les loups.

Deux maires et deux adjoints Drômois ont posé pour cette photo.
Deux maires et deux adjoints Drômois ont posé pour cette photo. - D.R.

Drôme, France

Ce sont des élus inquiets, remontés et ulcérés. Sur la photo, ils posent avec leur écharpe tricolore en bandoulière et un fusil à la main. Cette campagne, de l'USAPR (Union pour la sauvegarde des activités pastorales et rurales), est là pour marquer les esprits juste avant le nouveau Plan Loup. "C’est une affiche de communication. On ne veut pas prendre physiquement les armes. Il s’agit d’alerter l’Etat pour qu’il ne reste pas seulement cette solution pour les bergers et les éleveurs." confie Alain Matheron, le maire de Lus-la-Croix-Haute.

Une autre maire du Diois a posé avec un fusil, celui de Recoubeau-Jansac, Jean Pierre Rouit. Une photo symbolique mais un engagement fort envers les éleveurs de son village : "Ces personnes-là sont au bord du gouffre. Ils sont dans une détresse totale. Nous les élus, nous devons être solidaires. Mais vous savez, prendre son arme à feu et aller faire une photo, c’est un acte réfléchi et particulier. On n'est pas des voyous, on n’est pas des bandits."

En tout, 17 maires de Savoie, de l'Isère, du Var mais aussi de la Drôme posent fusil à la main. - Aucun(e)
En tout, 17 maires de Savoie, de l'Isère, du Var mais aussi de la Drôme posent fusil à la main. - D.R

"C’est un acte réfléchi et particulier. On n'est pas des voyous, on n’est pas des bandits." Jean Pierre Rouit, maire de Recoubeau-Jansac

Des élus mécontents du Plan Loup

Selon ces élus, les règles administratives pour prélever un loup sont trop strictes. En clair, les éleveurs veulent plus de souplesse pour tuer un loup si un troupeau est menacé.

A Lus-la-Croix-Haute, le maire dénombre des dizaines d'attaques de brebis ces dernières années, malgré les autorisations de tirs de défense. Le futur Plan Loup préconise de repasser d'abord par de simples tirs d'effarouchements pour faire fuir le prédateur. Mais ça ne suffira pas selon Alain Matheron : "C’est rien du tout. Quand on tire en l’air, un quart d’heure après, le prédateur est de nouveau autour du troupeau."

Des conditions d'indemnisation

Autre changement, à partir du 1er janvier, si l'éleveur n'a pas protégé son troupeau avec des chiens ou une clôture, en cas d’attaque, il ne sera pas indemnisé.

Après la nouvelle réunion entre les associations et les représentants de l'Etat vendredi, le Plan Loup sera examiné le 23 novembre par le Conseil national de protection de la nature, avant d'être mis en place le 1er janvier.

© Visactu - Aucun(e)
© Visactu