Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

Des militants ont passé la nuit sur les marronniers menacés d'abattage à Bordeaux

samedi 10 novembre 2018 à 10:35 Par Laurine Benjebria, France Bleu Gironde

Trois membres du comité de soutien aux 17 marronniers menacés place Gambetta à Bordeaux ont passé la nuit sur les branches des arbres. Une nouvelle action à seulement 5 jours du début des travaux d'aménagement de la place bordelaise.

Un petit campement est installé ce vendredi soir sur la Place Gambetta à Bordeaux
Un petit campement est installé ce vendredi soir sur la Place Gambetta à Bordeaux © Radio France - Laurine Benjebria

Bordeaux, France

Ils ont passé la nuit de vendredi à samedi dans les marronniers de la place Gambetta à Bordeaux. Trois membres du comité de soutien aux 17 arbres menacés d'abattage sont montés dans les arbres pour installer des campements. La mairie doit abattre ces arbres le 15 novembre, pour permettre des travaux d'aménagement de la place et en planter des nouveaux. 

Une décision prise en toute démocratie selon la mairie

La mairie veut aménager la place Gambetta dès la semaine prochaine et elle promet de planter de nouveaux arbres, deux fois plus que ceux déjà présents. Pour le maire de Bordeaux, Alain Juppé, c'est une question de démocratie qui est derrière le mouvement de protestation du comité de soutien. "Qui a décidé de ce projet ? Un collectif de comerçants et de riverains qui se sont exprimés il n'y a pas très longtemps pour le défendre" ajoute Alain Juppé. Des propos qui ne suffisent pas à convaincre les militants ce vendredi soir.

Un des trois membres du comité installe son bivouac - Radio France
Un des trois membres du comité installe son bivouac © Radio France - Laurine Benjebria

Un campement provisoire

Trois militants ont donc décidé d'installer leur bivouac sur les branches des marronniers. Ils y ont passé toute la nuit. Marc Morisset n'a pas hésité avant de grimper sur un des marronniers. Pour cet élu écologiste de Saint-Médard-en-Jalles, ce n'est que le début de la mobilisation.

"C'est un acte de désobéissance citoyenne", Marc Morisset, élu EELV à Saint-Médard-en-Jalles

Marc Morisset ne veut rien lâcher : "on peut imaginer que le collectif va se renforcer et qu'il y aura de la désobéissance, peut-être avec de l'enchaînement au pied".

Ils étaient une dizaine de citoyens venus soutenir les militants au pied des marronniers - Radio France
Ils étaient une dizaine de citoyens venus soutenir les militants au pied des marronniers © Radio France - Laurine Benjebria

Tous les membres du collectif ne sont pas montés aux arbres, une dizaine de citoyens se sont relayés toute la nuit pour les soutenir depuis la terre ferme. Parmi eux, l'élu bordelais Pierre Hurmic. L'élu municipal et métropolitain EELV de Bordeaux est moins optimiste que certains de ses camarades. Il avoue avoir de "l'espoir que les Bordelais se rendent compte de ce qui s'est passé, (...) mais au-delà de la sensibilisation je n'ai aucun espoir qu'on puisse stoper cet abattage sauvage". 

C'est le 15 novembre que devraient débuter les travaux d'aménagement et donc l'abattage de ces marronniers, sains. Pierre Hurmic prévient donc que n'est qu'une question de temps avant que la population bordelaise regrette cette décision de la mairie : "l'été prochain, les Bordelais vont se rendre compte que ces 17 marronniers avaient une vraie utilité, les gens vont se rendre compte que c'est une grosse bêtise". En attendant, les membres du comité de soutien continueront de se mobiliser, jusqu'au bout. Ils envisagent une chaîne humaine dès l'arrivée des pelles et des grues jeudi prochain.