Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
CARTE - Canicule : 78 départements en vigilance orange
Climat – Environnement

Des parents d'élèves s'inquiètent du possible épandage de pesticides interdits près d'une maternelle

-
Par , France Bleu Nord, France Bleu

Selon le "collectif bocage Sambre Avesnois en danger", l'agriculteur hollandais qui cultive ses pommes de terre dans le secteur d'Anor notamment à 85 mètres d'une maternelle pourrait utiliser des produits interdits en France. Les parents sont inquiets.

Des membres du collectif bocage Sambre Avesnois en danger et des papas de l'école des P'tits Loups
Des membres du collectif bocage Sambre Avesnois en danger et des papas de l'école des P'tits Loups © Radio France - Rafaela Biry-Vicente

Anor, France

Le problème est bien connu dans les Flandres, mais il pourrait concerner des dizaines de milliers d'hectares dans le Nord et le Pas-de-Calais selon la Confédération paysanne, des agriculteurs français qui sous-louent illégalement à prix d'or leurs parcelles à des patatiers belges ou hollandais qui n'ont plus de place dans leur pays pour cultiver la pomme de terre.

Et certains de ces producteurs utiliseraient des produits interdits en France, et ce serait le cas dans le secteur d'Anor où un Hollandais s'est installé en 2015 selon le "collectif Bocage Sambre Avesnois en danger."

Chez nous il y a 16 traitements autorisés et c'est  40 en Hollande, 27/ 28 en Belgique, et ils font venir leurs produits directement de Belgique ou de Hollande. On sait par exemple sur Trélon qu'il y a des camions qui livrent la nuit l'agriculteur, donc on se pose des questions, on voudrait des contrôles - Fabrice Preux du collectif

le reportage de Rafaela Biry-Vicente

À 85 mètres d'une école maternelle

Et certains champs de ce producteur sont à quelques mètres d'un élevage laitier bio et à 85 mètres de l'école maternelle Les Petits Loups qui accueille 90 élèves. 

Très inquiétant pour les parents qui ont alerté la sous-préfecture d'Avesnes-sur-Helpe, la mairie, pour obtenir des contrôles. Ils ont aussi organisé une opération coup de poing en amenant leurs enfants protégés d'une combinaison blanche et d'un masque. Yves Dubray, papa de deux enfants et représentant des parents d'élèves a vraiment besoin d'être rassuré :

Qu'est-ce que nos enfants respirent quand ils vont à l'école ? Ils n'auront peut-être rien dans les six mois - un an qui arrivent mais qu'est-ce qu'il va se passer à l'âge de 10, 12 ans ? Est-ce qu'ils ne vont pas être infectés ? Mieux vaut prévenir que guérir et aller voir tout de suite ce qu'il se passe (...) À la limite une grenouille est mieux protégée que nos enfants, pour certaines espèces animales on interdit, on va vérifier, mais rien pour nos enfants ! 

Alerté, le maire d'Anor, Jean-Luc Perat, a décidé de mandater un cabinet d'experts pour faire un diagnostic des terres et de l'air, et en fonction des résultats d'engager des actions contre l'agriculteur. La sous-préfecture d'Avesnes-sur-Helpe assure que des contrôles diligentés par la direction départementale  du territoire et de la mer sont encore en cours.

Sollicité, l'agriculteur n'a pas répondu à nos appels.

Le "collectif bocage Sambre Avesnois en danger" organise une réunion publique le 18 mai salle de Douzies à Maubeuge à 10h.