Climat – Environnement

Des pompiers bretons, normands et drômois s’envolent pour Haïti

Par Annaïg Haute, France Bleu Armorique, France Bleu Normandie (Calvados - Orne), France Bleu Breizh Izel, France Bleu Cotentin, France Bleu Drôme-Ardèche et France Bleu lundi 10 octobre 2016 à 23:29

Haïti l'île la plus pauvre des Caraïbes une nouvelle fois touchée par une catastrophe naturelle.
Haïti l'île la plus pauvre des Caraïbes une nouvelle fois touchée par une catastrophe naturelle. © Maxppp - Orlando Barria

Une dizaine de soldats du feu partent à Haïti pour aider les sinistrés de l’ouragan Matthew. Il s’agit de bénévoles habitués à intervenir après des catastrophes naturelles.

Cette île d'Haiti, ils la connaissent bien. En Bretagne, l'association a été créée pour intervenir après le tremblement de terre de 2010. Ce mardi, les pompiers de Pica (Pompier international Côtes-d’Armor) partent avec leurs homologues Normands de Pompiers humanitaire de Normandie et Dromois de Aide Action Internationale Pompiers, pour aller secourir la population touchée par l'Ouragan Matthew. Le bilan n'est pas définitif, mais certaines sources évoquent plus de 1000 morts.

Les bénévoles ont du s'organiser avec leurs employeurs (pompiers et hôpitaux) pour se libérer. Ils ont ensuite organisé la logistique. Tous sont particulièrement touchés par cette catastrophe naturelle qui frappe une zone qu'ils connaissent bien, l'endroit où ils sont intervenus pour la première fois après le tremblement de terre de 2010.

Aucune nouvelle de leurs connaissances sur place

Nadia Georges, qui coordonne l'opération, explique : "On n'a plus de lien avec la caserne des sapeurs pompiers que nous connaissons, ni avec les particuliers, car il n'y a plus d'électricité." Deux personnes ont bien été jointes par téléphone, mais elles ne sont pas en mesure de donner beaucoup de précisions, certaines zones sont toujours inaccessibles.

Des soins, de l'eau potable et des abris

Les tâches sont reparties chez ces spécialistes qui sont récemment intervenus au Népal. Les Bretons s'occupent de la construction d'abris provisoires et de la production de l'eau potable. Les Drômois, eux, sont sur une mission de soins. Quant aux Normands, ils gèrent les questions de salubrité, c'est à dire qu'ils essayent de limiter le risque d'épidémie. ils coordonnent également la logistique. La tâche est compliquée d'autant que le poids du materiel est limité, "tout doit être bien reparti, expliqué Nadia Georges, il ne faut aucun doublon et on ne peut pas se permettre de se rendre compte sur place qu'il nous manque quelque-chose"

Une fois arrivés à Haïti, les neuf bénévoles se mettront en lien avec la structure qui coordonne les actions des humanitaires. Ils s'attendent à aller vers le sud, là où les dégats sont les plus importants. C'est sur cette zone, la plus touchée, qu'ils étaient déjà intervenus il y a six ans.

Pour soutenir cette intervention à Haïti vous pouvez envoyer des dons à : Centre d'incendie et de secours du Perray - 109 rue des vallées - 22950 Trégueux

Partager sur :