Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement DOSSIER : Salon de l'Agriculture 2018

Des serres alsaciennes, écolos et connectées au Salon de l'agriculture

mercredi 28 février 2018 à 15:59 Par Aude Raso, France Bleu Alsace

La start-up MyFood, basée à Molsheim, s'appuie sur l'aquaponie et la permaculture. Ses serres conquièrent un public de plus en plus large en Europe.

Serre Myfood au Salon de l'agriculture à Paris, le 27 février 2018
Serre Myfood au Salon de l'agriculture à Paris, le 27 février 2018 © Radio France - Aude Raso

Paris, France

Des salades et des champignons qui poussent à la verticale, avec en-dessous un bac rempli d'eau et des poissons rouges. "C'est de l'aquaponie. Les déjections des poissons nourrissent les racines des plantes", nous précise Mickaël Gandecki, en entrant dans la serre exposée jusqu'au dimanche 4 mars au Salon de l'agriculture, à Paris. Il est l'un des fondateurs de la start-up alsacienne MyFood, basée à Molsheim (Bas-Rhin). 

Serre Myfood et aquaponie au Salon de l'agriculture à Paris, le 27 février 2018 - Radio France
Serre Myfood et aquaponie au Salon de l'agriculture à Paris, le 27 février 2018 © Radio France - Aude Raso

Des cultures sans pesticide

À côté des bacs d'aquaponie, et à l'horizontale cette fois, des choux, des haricots, du persil, des artichauts, etc... Tout pousse, même en plein hiver, grâce à la permaculture, des bacs à l'écosystème très riche. "Il n'y a pas de pesticide, pas de glyphosate, pas de polluant", souligne Mickaël Gandecki. La serre est connectée, permettant à l'utilisateur de contrôler son état à distance, et fonctionne en partie grâce à des panneaux solaires.

Serre MyFood et permaculture au Salon de l'agriculture à Paris, le 27 février 2018 - Radio France
Serre MyFood et permaculture au Salon de l'agriculture à Paris, le 27 février 2018 © Radio France - Aude Raso

L'entreprise affirme que sa serre de 22m2, dont le prix de base s'élève à 8.000 euros, peut produire jusqu'à 400 kilos de légumes par an. "Cela ne produit pas tous les légumes dont j'ai besoin pour vivre toute l'année, mais c'est très satisfaisant", nous explique Julien, un Breton qui a installé un serre MyFood chez lui il y a quelques mois... et qui affirme avoir "redécouvert" depuis le goût des carottes.

MyFood a vendu à ce jour 70 serres connectées, dans sept pays différents. En visant cette année les marchés suisses et allemands, la start-up alsacienne espère faire passer son chiffre d'affaires de 500.000 euros en 2017 à 1,5 million d'euros en 2018.

Mickaël Gandecki devant la serre MyFood, au Salon de l'agriculture à Paris, le 27 février 2018 - Radio France
Mickaël Gandecki devant la serre MyFood, au Salon de l'agriculture à Paris, le 27 février 2018 © Radio France - Aude Raso