Climat – Environnement

Des traces d'une pollution radioactive à La Seyne-sur-Mer, Nice et Ajaccio

Par Thibault Maisonneuve, France Bleu Azur, France Bleu Provence, France Bleu RCFM et France Bleu vendredi 10 novembre 2017 à 17:09 Mis à jour le samedi 11 novembre 2017 à 17:44

Le logo de l'Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire
Le logo de l'Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire © Maxppp -

Des traces de ruthénium-106, matériau radioactif, ont été détectées entre le 27 septembre et le 13 octobre dans les stations de l'Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire à La Seyne-sur-Mer, Nice et Ajaccio. En très faible quantité, elle ne représente pas de danger, assure l'IRSN.

Des traces de ruthénium-106, matériau radioactif ont été détectées entre le 27 septembre et le 13 octobre dans les stations de l'Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire à La Seyne-sur-Mer, Nice et Ajaccio, indique l'Institut de radioprotection et sûreté nucléaire (IRSN) dans une enquête.

"Des concentrations un million de fois inférieures à ce qui est émis par le radon." (IRSN)

Ces rejets avec des niveaux de concentration dans l'air très bas sont sans danger pour la santé, assure l'IRSN, proviendrait d'un accident nucléaire en Russie entre la Russie et le Kazakhstan. "Quelques micros millibecquerel ont été constatés en France, surtout dans le sud-est", précise Jean-Marc Peres, directeur adjoint chargé de la santé et de l'environnement au sein de l'IRSN pour France Bleu Provence. "C'est un million de fois plus faible que ce qui est émis par le radon, gaz radioactif présent à l'état naturel autour de nous", poursuit Jean-Marc Peres.

Le rthénium-106 est un produit de fission issu de l'industrie nucléaire "qui peut être utilisé dans le domaine médical", précise Jean-Marc Peres. Il exclut la possibilité d'un rejet d'un réacteur nucléaire.

Vendredi soir, les autorités russes ont nié toute responsabilité dans cette pollution radioactive.

  - Visactu
© Visactu -