Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Fermer
Retour
Climat – Environnement

Des travaux dans une forêt de Moulins-lès-Metz font polémique

dimanche 17 mars 2019 à 15:26 Par Arthur Blanc, France Bleu Lorraine Nord

Des militants de l'association écologique "Les amis de la Terre" dénoncent des travaux réalisés par Metz Métropole à Moulins-lès-Metz. Il s'agit d'un projet regroupant 4 chantiers qui a pour but la "renaturation" du site.

Les traces du passage des chenilles sont encore visibles sur le sol, et les arbres coupés sont couchés sur place.
Les traces du passage des chenilles sont encore visibles sur le sol, et les arbres coupés sont couchés sur place. © Radio France - Arthur Blanc

Moulins-lès-Metz, France

"C'est une catastrophe." Marie-Pierre Comte, membre de l'association des "Amis de la Terre", ne mâche pas ses mots devant ce qu'il reste de cette zone humide de Moulins-lès-Metz. Un projet de Metz Métropole de plus de 220 000 euros a débuté le mois dernier. L'objectif affiché sur cette rive gauche de la Moselle est la renaturation de la Saussaie et du Pâquis, juste à côté d'un parcours de santé. 

De nombreuses espèces menacées

Ce qui inquiète les militants de l'association, c'est le devenir des espèces qui vivaient dans cette zone humide, avant le passage des engins. "Essayez de voir à quoi peut ressembler un batracien quand il s'est pris une chenille sur la tête", se désole Marie-Pierre Comte. D'après la militante, il va falloir des années pour qu'un tel écosystème redevienne comme avant. En cause, l'absence, désormais, d'arbres au-dessus de la zone humide qui protégeaient l'écosystème. "On ne peut pas d'un côté s'engager sur l'écologie. Et d'un autre côté faire tout le contraire", regrette Marie-Pierre Comte qui cible directement Metz Métropole.

Romain des "Amis de la Terre" fait l'inventaire des dégâts devant un tas de troncs d'arbres. - Radio France
Romain des "Amis de la Terre" fait l'inventaire des dégâts devant un tas de troncs d'arbres. © Radio France - Arthur Blanc

Selon Romain, également des "Amis de la Terre", ces espaces sont également essentiels pour notre biodiversité. "Les zones humides permettent de réguler l'humidité, d'absorber et restituer correctement les précipitations, et également de dépolluer l'eau." Désormais plus trop d'espoir pour les militants. "Je suis assez pessimiste car les plans forêts sont dévastateurs", poursuit Marie-Pierre Comte. Le projet a pourtant pour vocation de conserver l'aspect naturel du site. "Renaturation, pourquoi faire ? Comme si la nature ne savait pas s'en sortir seule."

Un chantier impressionnant, mais pas si grave...

Pour Metz Métropole, tout a été fait dans les règles de l'art. Florent Hayotte pilote le projet et pour lui, les dégâts ne sont pas aussi graves que ce que prétendent les membres des "Amis de la Terre". "Ça peut paraître bizarre et choquant. En tout cas, on a essayé de répondre au plan de gestion conservatoire de ce site qui tend à favoriser la diversification de la végétation qui pousse naturellement en bord de Moselle." C'est pour cela que les arbres abattus sont principalement des peupliers et résineux, des espèces qui seraient non-adaptées à ce milieu. Selon Florent Hayotte, moins de 50% de ces arbres ont été coupés sur place.

Les quatre gros chantiers prévus :

  • Reméandrage du cours d'eau et redynamisation de sa végétation. 
  • Restauration de la zone humide : recreusement des mares, abattage des résineux et des peupliers vieillissants inadaptés à ce type de milieu. 
  • L’aménagement d’une zone de pâturage sur la parcelle de l’ancien camping. 
  • La création d’un circuit pédestre pédagogique connecté à celui du Marais du Grand Saulcy.