Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Deux cent cinquante personnes mobilisées à Noé contre le stockage de déchets dangereux

-
Par , France Bleu Occitanie

Deux cent cinquante habitants de Noé, Longages, Capens ou encore Mauzac se sont rassemblées jeudi devant les grilles d'un hangar de la ZAC de Serres. C'est là que la société Remondis veut entreposer des déchets considérés comme dangereux. Alors que l'enquête publique est en cours, les manifestants ont répété leurs craintes, ils ont aussi pique-niqué sur place.

Manifestation contre le projet de stockage de déchets dangereux à Noé.
Manifestation contre le projet de stockage de déchets dangereux à Noé. © Radio France - François Sauvestre

Deux cent cinquante personnes se sont rassemblées jeudi matin dans le centre-ville de Noé, au sud de Muret. Le cortège d'habitants a ensuite gagné la ZAC de Serres, à l'extérieur de la commune pour manifester contre un projet de stockage de déchets dangereux .

Venus à pieds ou à vélo, ces habitants des communes de Noé, Longages, Capens, Mauzac se sont arrêtés devant le hangar loué par la société Remondis qui prévoit d'y développer son activité. L'entreprise collecte actuellement jusqu'à 1.500 tonnes de batteries, engrais ou encore produits phytosanitaires sur le secteur du grand sud. 

Hangar de la ZAC de Serres à Noé.
Hangar de la ZAC de Serres à Noé. © Radio France - François Sauvestre

Menace

Les riverains sont conscients que de telles activités sont nécéssaires mais se demandent "pourquoi ce projet a atterri ici" , dans une zone commerciale et non industrielle et à proximité (500 mètres) d'un collège qui accueille chaque jours 600 élèves.

"Que se passera-t-il s'il y a un incendie ?" — Mélanie, habitante de Longages.

Pour soutenir l'action d'un collectif qui s'oppose à ce stockage de déchets toxiques, ces habitants ont posé leurs sacs de pique-nique devant les grilles du hangar . Ils étaient aussi accompagnés de plusieurs élus qui réclament l'abandon du projet. Le maire de Longages n'est pas du tout convaincu par la mise en sécurité des lieux. "Le dallage du parking est pérméable, le mur est trop petit pour protéger des fumées" remarque Patrick Massarutto

Déchets Noé SON

Enquête publique prolongée

Le stockage des déchets dans la ZAC de Noé a été validé par l'état via la DREAL , la direction régionale de l'environnement, de l'aménagement et du logement. Désormais pour savoir si le projet aboutit il faut attendre la fin de l'enquête publique . Initialement elle devait être terminée le 28 mai mais a été prolongée jusqu'au 25 juin.

Déchets Noé ENRO

Choix de la station

À venir dansDanssecondess