Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Environnement

Deux phoques décapités découverts à Concarneau, un appel à témoins lancé

Une tête et deux corps de phoques ont été retrouvés en quelques semaines à Concarneau et à Trégunc. La gendarmerie maritime lance un appel à témoignages pour faire avancer l'enquête.

Deux phoques décapités ont été retrouvés dans la région de Concarneau. La gendarmerie maritime lance un appel à témoignages.
Deux phoques décapités ont été retrouvés dans la région de Concarneau. La gendarmerie maritime lance un appel à témoignages. © Maxppp - Tony Margiocchi

Concarneau, France

Qui en veut aux phoques de Concarneau ?  Deux corps et une tête ont été retrouvés aux alentours de la commune ces dernières semaines. 

"Mi-février, une tête d'animal a été retrouvée attachée à un cordage devant la capitainerie, au bout de la digue du port de plaisance de Concarneau", raconte Gautier Paris, maréchal des logis chef  de la gendarmerie maritime de Concarneau en charge de l'enquête. 

Deux semaines plus tard, l'affaire rebondit. "Le corps du phoque en état de putréfaction avancé a été retrouvé par une promeneuse dans l'anse du Cabellou", explique Gautier Paris.  

Le 18 mars, un nouveau corps de phoque décapité a été découvert à Trégunc, sur une plage entre la pointe de la Jument et Trévignon. 

Des phoques pris dans des filets ? 

Des "actes de barbarie", pour Gautier Paris, qui rappelle que des faits similaires se sont produits "dans le Nord de la France, près de Boulogne sur Mer" il y a six mois. 

Les enquêteurs estiment que ces actes pourraient venir "des gens de mer", professionnels ou plaisanciers. "Il pourrait s'agir de phoques pris dans des filets de pêche, mais on ne s'explique pas la décapitation", détaille Gautier Paris. 

Un appel à témoignages lancé

Démarrée discrètement en février, l'enquête pour "destruction non autorisée d'espèce animale protégée" piétine. C'est pourquoi la gendarmerie maritime lance ce jeudi un appel à témoignages, dans l'espoir de voir émerger des éléments nouveaux et d'identifier le ou les auteurs de ces actes. 

Toute personne disposant d'informations sur les phoques décapités peut en faire part aux enquêteurs au 02 98 50 77 35, ou par mail à l'adresse suivante :  bgmarp601.concarneau@gendarmerie.defense.gouv.fr

Le phoque est une espèce protégée, et s'attaquer à eux constitue un délit pénal puni d'une amende pouvant aller jusqu'à 3 750 euros. 

Choix de la station

France Bleu