Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

Dijon Métropole : le réseau de chauffage urbain poursuit sa mutation

mardi 25 juillet 2017 à 18:40 Par Arnaud Racapé, France Bleu Bourgogne

Vous ne le savez peut-être pas mais si vous habitez dans le nord-est de Dijon, vous vous chauffez déjà à 70% grâce aux énergies renouvelables ! Un réseau d'énergie thermique qui s'agrandit, avec l'arrivée mardi sur le site Dalkia (EDF) des Péjoces, d'une unité de cogénération. Explications.

Les moteurs de l'unité de cogénération, installés dans un local de 250 m²,  pèsent 37 tonnes chacun
Les moteurs de l'unité de cogénération, installés dans un local de 250 m², pèsent 37 tonnes chacun © Radio France - Arnaud Racapé

Ce sont deux gros moteurs de 37 tonnes qui ont fait une arrivée très remarquée ce mardi sur le site de la chaufferie bois de la filiale d'EDF, Dalkia, près des universités à Dijon. A terme, ils produiront 20% d'énergie supplémentaire pour le réseau de chaleur.

Le local de 250 m² a été construit sur le site des Péjoces pour protéger les moteurs de l'unité de cogénération - Radio France
Le local de 250 m² a été construit sur le site des Péjoces pour protéger les moteurs de l'unité de cogénération © Radio France - Arnaud Racapé

Energie de cogénération

Ces moteurs constituent ce que l'on appelle une "unité de cogénération", qui fonctionne au gaz et n'est donc pas considérée comme une énergie renouvelable. Mais on s'en rapproche tout de même : en effet, l'unité va produire en priorité de l'électricité pour le réseau EDF. Mais on va aussi récupérer l'équivalent de cette énergie électrique, en énergie thermique ! Celle qui arrivera jusqu'à chez vous. Lionel Grandiowsky est le responsable d'exploitation :

Hervé Monnin, repsonsables grands comptes à Dalkia centre-est, et Lionel Grandiowsky, reponsable d'exlpoitation pour le pôle Dijon Métropole - Radio France
Hervé Monnin, repsonsables grands comptes à Dalkia centre-est, et Lionel Grandiowsky, reponsable d'exlpoitation pour le pôle Dijon Métropole © Radio France - Arnaud Racapé

Une énergie perdue si elle n'était pas récupérée

"Il faut s'imaginer des moteurs de bateau", explique-t-il, "des 20 cylindres qui mesurent une dizaine de mètres de long avec l'alternateur. En fait, ce sont des groupes électrogènes qui fonctionnent au gaz. On vient faire de l'électricité grâce à l'alternateur, que l'on distribue directement chez EDF. Et nous, on va venir collecter toute l'énergie issue de ces moteurs : l'énergie située dans les fumées d'échappement, dans l'eau de refroidissement des moteurs, mais aussi dans l'huile, ce qui permet en fait de produire autant d'énergie thermique que d'électricité ! On va faire 6 MW électriques, et on en produira 6 autres thermiques. C'est de l'énergie qui serait totalement perdue si pas utilisée pour une quelconque récupération."

Au total, Dalkia a investi 7 millions d'euros dans l'achat des moteurs et la construction de l'unité de cogénération. Elle devrait entrer en service d'ici le 1er novembre. A terme, ce sont 28.000 foyers du nord-est de Dijon (et aussi une partie de Quetigny) qui profiteront de cette nouvelle énergie thermique.

Dijon Métropole : à la recherche de l'énergie propre

On l'a dit, cette nouvelle unité de production n'est pas considérée comme renouvelable, car elle issue de la combustion de gaz. Mais par la force des choses, depuis 2012, la démarche du groupe Dalkia à Dijon Métropole est résolument écologique, explique Hervé Monnin, le responsable Grand Compte chez Dalkia pour le Centre-Est :

"Ce réseau urbain répond aux obligations du plan énergie climat territorial. Il a été mis en place pour réduire un nombre important de tonnes de CO2 émises à l'année, plus de 38.000 tonnes. Il est alimenté par 70% d'énergies renouvelables. Pour 50%, c'est le bois-énergie qui nous apporte cette chaleur ici sur le site des Péjoces, et puis on a la chance de bénéficier de l'énergie de l'usine d'incinération du Grand Dijon. Ce qui se passe aujourd'hui avec l'unité de cogénération, c'est qu'on vient en fait répondre aux besoins du réseau, qui ne cesse de grandir depuis sa mise en service en 2013."