Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

Ours en Béarn : avant le lâcher, les opposants maintiennent les blocages

jeudi 4 octobre 2018 à 4:42 - Mis à jour le jeudi 4 octobre 2018 à 7:50 Par Mathias Kern, France Bleu Béarn et France Bleu

Le lâcher d'ours en Béarn, promis par le ministre François De Rugy, pourrait se préciser ce jeudi matin. Les opposants continuent de filtrer les entrées sur les axes routiers qui mènent vers les vallées des Pyrénées.

Un ours brun (photo d'illustration).
Un ours brun (photo d'illustration). - Maxppp

Pyrénées-Atlantiques, France

La circulation est filtrée à Sarrance depuis la tombée de la nuit sur la RN134. Les opposants à la réintroduction d'ours ont mis des tracteurs en travers de la route. Encore ce jeudi matin, les camions ne pouvaient pas passer. Les voitures passaient au compte-goutte.

Depuis ce mercredi soir, les opposants à cette réintroduction ont continué leurs guets, en vallée d'Ossau, en vallée d'Aspe, comme depuis dix jours, et sont convaincus que les ourses ont été capturées en Slovénie et donc que leur arrivée est imminente en Béarn.

Depuis une dizaine de jours, des éleveurs se relaient à Sarrance, en vallée d'Aspe, pour surveiller un éventuel convoi d'ours.

Des éleveurs surveillent la circulation sur la RN134 au niveau du village de Sarrance. - Radio France
Des éleveurs surveillent la circulation sur la RN134 au niveau du village de Sarrance. © Radio France - Mathias Kern

Pour le maire de Sarrance, Jean-Pierre Chourrout, qui est aussi éleveur, c'est une forme de résistance.