Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Donald Trump annonce le retrait des États-Unis de l'accord de Paris sur le climat

-
Par , France Bleu

Le président des États-Unis Donald Trump a annoncé, ce jeudi soir, le retrait de son pays de l'accord de Paris sur le climat. Donald Trump a estimé que l'accord de Paris "désavantageait" son pays, mais il a aussi assuré que son pays était prêt à négocier un nouvel accord.

Donald Trump a annoncé, devant la Maison Blanche, que les États-Unis cessaient "dès aujourd'hui" l'application de l'accord de Paris.
Donald Trump a annoncé, devant la Maison Blanche, que les États-Unis cessaient "dès aujourd'hui" l'application de l'accord de Paris. © AFP - Saul Loeb

Le président américain Donald Trump a annoncé, ce jeudi soir depuis la Maison Blanche, que les États-Unis allaient se retirer de l'accord de Paris sur le climat. Donald Trump estime que l'accord de Paris "désavantage les Etats-Unis". "Je ne veux rien qui puisse se mettre en travers de notre chemin" pour redresser l'économie américaine, a ajouté le président américain. Il a précisé qu'il était prêt à négocier un nouvel accord climat "dans des termes justes pour les Etats-Unis". L'accord actuel n'est pas assez dur avec la Chine et l'Inde, a jugé Donald Trump.

Une promesse de campagne au nom de l'emploi des américains

Après des semaines d'atermoiements, l'homme d'affaires tient ainsi une de ses promesses de campagne au nom de la défense des emplois américains. Donald Trump s'était engagé à abandonner l'accord multilatéral scellé fin 2015 dans la capitale française et voulu par son prédécesseur Barack Obama, et visant à limiter la hausse de la température moyenne mondiale. "J'ai été élu pour représenter les habitants de Pittsburgh, pas de Paris", a déclaré le président américain. "Il est temps de mettre Youngstown Ohio, Detroit, le Michigan et Pittsburgh Pennsylvanie, qui compte parmi les meilleurs endroits de ce pays devant Paris, France", a-t-il martelé en citant les régions industrielles américaines en déshérence qui l'ont porté à la présidence. Donald Trump a assuré que l'accord de Paris "n'aura pas beaucoup d'impact" sur le climat.

Pour Obama, Trump "rejette l'avenir", Merkel "regrette"

L'ancien président américain Barack Obama aussitôt jugé dans un communiqué que son successeur "rejetait l'avenir". La chancelière allemande Angela Merkel a déclaré qu'elle "regrette" la sortie des Etats-Unis de l'accord. Le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, a qualifié de "gravement erronée" la décision du président américain. Pour la maire de Paris Anne Hidalgo, Donald Trump commet "une erreur aux conséquences dramatiques" .

Les États-Unis, deuxième plus gros pollueur au monde

Les Etats-Unis sont le deuxième émetteur mondial de gaz à effet de serre, derrière la Chine. Selon l'accord de Paris, l'objectif des Etats-Unis, fixé par l'administration Obama, est une réduction de 26% à 28% de leurs émissions de gaz à effet de serre d'ici 2025, par rapport à 2005. En campagne, l'homme d'affaires avait promis d'abandonner le document au nom de la défense des emplois américains. Mais de nombreuses voix, sur la scène internationale (Chine et Union européenne en tête), dans le monde des affaires et au sein même de son administration, l'ont appelé à revoir sa position, rappelant ces derniers jours l'urgence d'agir face au réchauffement en cours.

La Chine tiendra ses engagements

A l'approche de l'allocution présidentielle, la Chine et l'Union européenne sont montées au créneau pour défendre l'accord qui vise à contenir la hausse de la température moyenne mondiale "bien en deçà" de 2°C par rapport à l'ère pré-industrielle. Le chef du gouvernement chinois Li Keqiang a assuré que son pays tiendrait ses engagements. Pékin a été, avec l'administration américaine de Barack Obama, l'un des principaux artisans de cet accord sans précédent. Avant la déclaration de Donald Trump, le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker avait jugé un éventuel retrait inacceptable.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess