Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

Dordogne : chaleur, l'année de tous les records pour les agriculteurs !

mercredi 2 janvier 2019 à 17:52 Par Valérie Dejean, France Bleu Périgord

La Dordogne a connu une année particulièrement chaude, la plus chaude depuis 1980 selon les relevés de la chambre d'agriculture. La température a augmenté de 1,4 degrés en 2018.

Jean Pierre Agard a remis ses vaches en pâturage début janvier
Jean Pierre Agard a remis ses vaches en pâturage début janvier © Radio France - Valérie Déjean

Saint-Martin-le-Pin, France

Le service météo de la chambre d'agriculture a fait ses comptes, jamais il n'a fait aussi chaud. Et malheureusement, la situation est en tout point conforme aux prévisions alarmistes liées au réchauffement climatique. Selon les relevés qu'ils ont effectué, la température dans le département a augmenté de 1,4 degré en 2018 par rapport à la moyenne établie entre 1980 et 2000. Mais le paradoxe, c'est que la pluviométrie elle aussi a augmenté de 10 %. Mais la pluie n'est pas tombée partout et de façon régulière. Le Nord est resté plus au sec alors que le Sud et le Bergeracois notamment ont du faire face à des orages et de fortes pluies tout à fait inhabituelles et dévastatrices. Alors les usagers de l'eau doivent s'adapter. 

A Saint-Martin-le-Pin, à la Borderie, Jean Pierre Agard est éleveur laitier, certifié bio depuis le mois de novembre. Il possède cinquante vaches laitières et autant de génisses sur 90 hectares, et il a du faire face cet été à un nouvel épisode de sécheresse. Il a entamé ses stocks de fourrage dès la mi-juin pour certains animaux . Aujourd'hui, puisque la météo le permet, il a remis ses vaches à pâturer dès la fin du mois de décembre. Mais Jean-Pierre Agard a décidé de changer son fusil d'épaule pour l'avenir. Il a abandonné le maïs, trop gourmand en eau, pour ne faire que du pâturage.