Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Environnement

Dordogne : des référents communaux formés pour lutter contre l'ambroisie

-
Par , France Bleu Périgord

C'est une plante dont le pollen peut-être très allergisant. L'ambroisie pullule dans le nord Périgord. A tel point que l'ARS, l'agence régionale de santé finance des formations pour installer des référents communaux. Et lutter contre la propagation de cette plante invasive

L'ambroisie a débarqué dans les champs du nord Dordogne
L'ambroisie a débarqué dans les champs du nord Dordogne © Radio France - Antoine Balandra

Chanterac, France

Aaaaaaaatchoum ! Les yeux rouges, le nez qui pique, parfois des difficultés à respirer. Voilà l'effet des pollens allergisants de l'ambroisie. Cette plante qui peut être dangereuse pour la santé originaire d'Amérique du nord commence à pulluler dans le nord Dordogne.

A tel point que le 22 mai 2018, un arrêté préfectoral rendant obligatoire la destruction de l'ambroisie dans le département a été signé. Les agriculteurs notamment ont donc théoriquement l'obligation de détruire cette plante.

Le plus facile, c'est au mois de juin, en ce moment, avant la floraison. Et pour aider les élus et les agents communaux à la repérer, l'ARS finance des formations pour former des référents communaux.

Des stagiaires à la recherche d'ambroisie dans un champ de Chantérac - Radio France
Des stagiaires à la recherche d'ambroisie dans un champ de Chantérac © Radio France - Antoine Balandra

L'une d'entre elle avait lieu cette semaine à Chantérac dans un immense champ de tournesol. Les jeunes pousses y sont encore plutôt basse. Et l'ambroisie elle est déjà partout.

Gaëlle Guyot la chargée de mission au FREDON, l'organisme chargé de lutter contre les organismes nuisibles apprend aux 20 stagiaires présents à reconnaître l'ambroisie. "_Le but de notre sensibilisation, c'est d'essayer de contenir au maximum le phénomène_, mais c'est difficile de la contrôler totalement, donc on va plutôt vers une invasion de plus en plus importante, y compris en Dordogne" dit-elle.

L'ambroisie prolifère de préférence sur les zones des champs où la terre est restée à nue. Notamment dans les allées de champs de tournesol. Sa feuille est du même vert des deux côtés et elle est profondément découpée. Elle ne dégage pas d'odeur quand on la froisse dans les mains et sèche très rapidement une fois sortie du sol.

Une plante très irritante

Les agriculteurs notamment doivent la détruire rapidement. Un geste indispensable explique la chargée de mission du FREDON.

"Il y a plusieurs techniques à adapter en fonction du milieu et de la période. Ici, on est sur une culture, donc il faudrait signaler à l'agriculteur qu'il a de l'ambroisie dans son champ, et après, le tournesol est déjà planté, donc mécaniquement, il va pouvoir agir. Il faut en revanche limiter les produits chimiques. Après, le but, les années d'après, _il faudra prendre des mesures préventives_, en faisant par exemple du faux semis, en déchaumant et en décalant la date de semis pour le tournesol. Il faut diversifier la rotation de la culture, pour éviter des cultures de printemps trop régulièrement et limiter le nombre de graines" explique la chargée de mission

De l'ambroisie dans un champ à Chantérac en Dordogne - Radio France
De l'ambroisie dans un champ à Chantérac en Dordogne © Radio France - Antoine Balandra

Un site web (www.signalement-ambroisie.fr) ainsi qu'une application mobile ont donc été développées pour signaler et géolocaliser rapidement les sites où l'ambroisie s'épanouit. Et traiter le problème. Car la plante peut être très irritante pour les personnes allergiques explique Jean François Vaudoisot, ingénieur d'études sanitaire à l'ARS. 

"Une des caractéristiques de l'ambroisie, outre qu'elle soit envahissante, c'est qu'elle produit un polllen en grande quantité et très allergisant. En région Rhône Alpes Auvergne où l'ambroisie s'est largement diffusée, 10% de la population est allergique, cela représente 660.000 personnes" dit-il

Soit un coût estimé à 41 millions d'euros pour la santé publique d'où la volonté de limiter la propagation de la plante. D'autres formations de ce genre sont prévus en Dordogne dans les mois à venir