Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

Dordogne : les chenilles processionnaires sont de sortie

lundi 4 mars 2019 à 19:10 Par Emmanuel Claverie, France Bleu Périgord

Comme chaque année, à la même époque, les chenilles processionnaires quittent leurs nids dans les pins pour aller s'enterrer, avant leur transformation en papillons de nuit. C'est à ce moment-là qu'elles représentent un danger pour les enfants notamment et les animaux domestiques.

Avec l'arrivée du printemps, les chenilles processionnaires quittent actuellement leurs nids
Avec l'arrivée du printemps, les chenilles processionnaires quittent actuellement leurs nids © Radio France - Benjamin Fontaine

Trélissac, France

Peut-être les avez-vous croisées, en file indienne, dans votre jardin ou sur le bord de la route. Avec le retour des beaux jours en Dordogne, les chenilles processionnaires ont commencé à quitter leurs nids pour aller s'enterrer. C'est à cette période de l'année qu'elles représentent un risque, essentiellement pour les enfants et pour les animaux domestiques, et en particulier les chiens.

Des poils très urticants

Car la chenille processionnaire, de son vrai nom Thaumetopoea pityocampa, possède des poils à la fois urticants et très volatils. Il suffit d'un souffle de vent pour les disperser, et malheur à celui qui se trouvera sur leur chemin! Vous risquez alors de violentes démangeaisons, des allergies respiratoires ou des atteintes oculaires. La chenille processionnaire peut également provoquer des nécroses de la langue chez les chiens et les chats, qu'il faut conduire chez le vétérinaire au plus vite. 

Une lutte difficile

A Trélissac, près de Périgueux, la commune procède régulièrement à des campagnes d'éradication de la chenille. "Nous avons quasiment tout essayé", reconnaît Olivier Georgiadès, l'adjoint au maire en charge de l'environnement. "Nous avons essayé en tout premier lieu le piège à phéromones, explique-t-il. Nous piégeons les mâles l'été quand ils sont au stade de papillons avec une molécule qui ressemble à l'odeur de la femelle, sans beaucoup de succès. On est donc revenu à un traitement par biocide avec le bacille de Thuringe, qui autrefois était épandu par hélicoptère, mais qui aujourd'hui est projeté à partir d'un pick-up équipé q'une machine à thermo-nébulisation".

"Nous avons encouragé les habitants à utiliser des éco-pièges au moment du printemps. Ce sont des pièges qui se placent sur les troncs des arbres pour essayer de récupérer les chenilles au moment où elles descendent le long des troncs. Le problème, c'est qu'il faut compter une quarantaine d'euros environ par arbre. Enfin nous avons essayé de distribuer des nichoirs à mésanges pour essayer de sédentariser les oiseaux sur les terrains. La mésange charbonnière étant un prédateur naturel de la chenille processionnaire". 

Le traitement par biocide effectué tous les deux à trois ans coûte à la commune de Trélissac entre 7000 et 8000 euros.