Climat – Environnement

Dordogne : "On scrute la météo trois fois par jour", dit un éleveur touché par la sécheresse

Par Antoine Balandra, France Bleu Périgord jeudi 20 avril 2017 à 17:27

Le ciel est désespérément bleu sur la Dordogne
Le ciel est désespérément bleu sur la Dordogne © Radio France - Antoine Balandra

Déjà plus d'un mois sans une grosse pluie. La sécheresse commence à avoir des conséquences lourdes pour les agriculteurs de Dordogne. Et le vent glacial qui souffle depuis plusieurs jours n'arrange rien

Anne, ma soeur Anne, ne vois-tu rien venir ? La pluie se fait attendre en Dordogne depuis plusieurs semaines. Conséquence : la sécheresse est déjà arrivée ! Il manque jusqu'à l'équivalent de deux mois de pluie depuis le mois de septembre dernier.

Le déficit est faible en Périgord noir où il est d'environ 10%. soit l'équivalent d'un mois d'avril ou de décembre en terme de précipitations. En Périgord vert, c'est bien pire... Il manque l'équivalent de 2 mois de pluie, soit 30% de déficit. Il manque entre 6 et 10 jours de pluie abondante en Périgord noir et jusqu'à 20 jours ailleurs.

L'herbe qui servira à faire du fourrage pour les bêtes ne pousse pas ou presque - Radio France
L'herbe qui servira à faire du fourrage pour les bêtes ne pousse pas ou presque © Radio France - Antoine Balandra

9 mm sont déjà tombés au mois d'avril... Autant dire... rien. Et même si une perturbation s'annonce la semaine prochaine, elle ne sera que très peu pluvieuse. Il faudrait des mois de mai et de juin deux fois plus pluvieux que la normale pour compenser. Autant dire, impossible. Cette situation inquiète fortement les agriculteurs...

Et notamment Damien Marty, éleveur à Corgnac sur l'Isle, tout près de Thiviers. Il élève 70 limousines et possède 135 ha de cultures pour les nourrir. Sauf que l'herbe ne pousse pas, ou très peu.

"Je suis inquiet. Avec cette sécheresse, je n'ai pas le volume de fourrage nécessaire comme je l'avais l'an dernier à la même époque"

L'éleveur est aussi inquiet pour ses céréales. Il est déjà obligé d'arroser. Et s'il n'a pas suffisamment d'aliment, il faudra qu'il achète. Difficile, avec une trésorerie déjà à sec.

"Si les prix de la viande suivaient, pas de problème, sauf que le prix de la viande diminue et je n'ai pas les volumes nécessaires de trésorerie pour acheter tous ces fourrages". Damien Marty voudrait donc créer une retenue collinaire pour être sûr d'avoir assez d'eau pour arroser quel que soit le climat. Il demande donc aux pouvoirs publics de favoriser ses créations de retenues.

En terme de températures en revanche, la situation n'a rien d'extraordinaire. Le record de froid pour un mois d'avril en Dordogne, est détenu par les Eyzies avec -6 degrés en 1973. La gelée la plus tardive a été observée le 7 juin 1969 aux Eyzies.