Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Environnement

Dordogne : une formation pour apprendre à détecter une éventuelle présence de loup

-
Par , France Bleu Périgord

La préfecture de la Dordogne organisait cette semaine une formation "référents loups" à Saint-Astier. Objectif : former une trentaine de personnes capables de faire remonter des informations à partir de leurs constations sur le terrain. Et arriver un jour à dire si oui ou non le loup est présent

Une formation pour apprendre à déceler une éventuelle présence du loup en Dordogne
Une formation pour apprendre à déceler une éventuelle présence du loup en Dordogne © Radio France - Antoine Balandra

Saint-Astier, France

C'est l'une des réponses à l'inquiétude des éleveurs du nord Dordogne après les attaques de bétail que certains attribuent à la présence éventuelle du loup en Périgord vert. 

La préfecture a organisé mercredi et jeudi une formation à Saint Astier pour former donc des "référents loups". Une trentaine de personnes, lieutenants de louveterie, chasseurs, salariés de la chambre d'agriculture, éleveurs.

Pendant deux jours, ils ont appris à reconnaître les signes d'une éventuelle attaque de loup, ou à exclure rapidement cette possibilité. Ils se sont donc tous réunis dans une salle de l'école de chasse de Saint-Astier avec deux formateurs de l'ONCFS et en face d'eux et un loup et un lynx empaillés.

Une trentaine de "référents loups" ont été formés en Périgord - Radio France
Une trentaine de "référents loups" ont été formés en Périgord © Radio France - Antoine Balandra

Un loup comme celui qui pourrait avoir dévoré les veaux de Kevin Breton, éleveur à Saint-Priest les Fougères. 

"Cela a commencé il y a deux ans où l'on a eu les premiers veaux bouffés. On y avait pas prêté plus attention que cela, et au fur et à mesure cela s'est répété, répété. Aujourd'hui, on a une position de dire que c'est le loup qui a fait cela" dit le jeune homme.

Ce jeune éleveur installé depuis à peine deux ans s'est donc inscrit à la formation référents loups et c'est utile pour lui, dit-il.

Dire si le loup est là... ou pas

Dans la salle, il y a aussi Camille Ducourtieux. Elle travaille à la chambre d'agriculture, spécialisée dans les ovins. La formation se déroule en deux temps avec des cours théoriques et pratiques sur le terrain. 

Yann De Beaulieu de l'office national de la chasse et de la faune sauvage, délégation Nouvelle-Aquitaine explique : "On organise la mise en place d'un réseau de correspondants, qui vont être capables de relever des indices de présence possible de l'espèce. Cela peut être des observations visuelles, de  la collecte  de matériel biologique, des crottes sur le terrain, des poils, voilà le type d'indices qu'on leur apprend concrètement à relever" dit-il

Objectif : dire si oui ou non le loup est vraiment présent en Périgord. Une attaque reste pour l'instant suspecte. Celle de Saint-Saud Lacoussière du mois de décembre dernier. Un loup blessé avait par ailleurs été abattu, dans un poulailler de Saint Léon sur l'Isle en 2015.

"Il est très important d'avoir un réseau assez dense puisque nous allons avoir 31 personnes supplémentaires formées pour pouvoir relever des indices, objectiver les signalements pour dire si oui ou non les prédations constatées appartiennent bien au loup. L'objectif est de faire baisser l'inquiétude, ou a contrario, prendre les mesures nécessaires contre les prédations" dit le préfet de la Dordogne, Frédéric Périssat