Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Canicule : 78 départements en vigilance orange, "le recours au soin commence à augmenter"
Climat – Environnement

Douceur hivernale : quelles conséquences en Limousin ?

-
Par , France Bleu Limousin

Avec les températures très douces que nous connaissons, en ce mois de février, les arbres risquent de fleurir trop tôt et d'être touchés par des gelées. Le déficit de pluie, lui, s'aggrave. Michel Galliot, climatologue, a fait le point ce mardi matin sur France Bleu Limousin.

 Météorologue de métier, Michel Galliot préside aujourd'hui Limousin Nature Environnement
Météorologue de métier, Michel Galliot préside aujourd'hui Limousin Nature Environnement © Radio France - Françoise Pain

Limousin, France

Le très beau temps que nous connaissons ces jours-ci est-il inquiétant ? Pour le savoir, nous avons interrogé un spécialiste : Michel Galliot, climatologue, ancien directeur de Météo-France Limoges Bellegarde et président de Limousin Nature Environnement. Il répondait à 8h15 aux questions de Delphine-Marion Boulle. 

On se croirait en plein mois de mai. Est-ce que c'est inquiétant ? Est-ce que c'est ça le changement climatique ?

Il faut relativiser. Ce n'est pas la première année qu'on a des températures aussi élevées en février et le record à Limoges date de 1998 avec 22°, contre 18° cette année. Donc ce n'est pas exceptionnel. Au niveau du changement climatique, il faut savoir que l'hiver n'est pas la saison qui a le plus augmenté en températures depuis 1940, depuis qu'on a des relevés fiables à Limoges.

Ce printemps précoce, qui arrive après un automne exceptionnel, un véritable été indien, est-ce que ça ne fait pas un peu beaucoup, en termes de sécheresse ? 

C'est sans doute l'élément le plus inquiétant, le plus caractéristique : sur les neuf derniers mois, on a un cumul de précipitations très faible. Il n'est pas exceptionnel, mais il ne faut pas remonter très loin pour avoir des valeurs identiques, puisque la période 2016-2017 avait posé des problèmes sur la recharge des nappes phréatiques et des étangs. 

Est-ce que cet hiver a été propice, justement, à recharger les réserves d'eau ?

C'était très bas au mois de septembre, et ça ne s'est pas vraiment rechargé puisque sur les six derniers mois, on a eu trois mois largement déficitaires, 50 ou 60% de pluie en moins que la normale. Ce n'est pas un mois spécifique qui est important, mais c'est le cumul qui va nous poser problème. 

Ce que redoute Michel Galliot ? Des gelées tardives après une floraison précoce des pommiers par exemple. (illustration) - Radio France
Ce que redoute Michel Galliot ? Des gelées tardives après une floraison précoce des pommiers par exemple. (illustration) © Radio France - Maxime Tellier

Est-ce que ça peut avoir des conséquences sur l'agriculture, les animaux, la végétation ?

Une des choses qui est inquiétante, c'est la date de floraison qui va être probablement avancée. On a des arbres qui vont bientôt fleurir, à une époque où les nuits sont encore longues, donc des gelées possibles qui peuvent faire des dégâts. Souvenez-vous, en 2017, les pommiers n'ont quasiment rien donné à cause des gelées printanières. Au niveau des animaux, on peut avoir des questions sur les insectes, qui sortent maintenant, et là aussi, les gelées précoces peuvent faire des dégâts. Mais c'est surtout  la végétation qui m'inquiète. 

La végétation, sèche, qui peut s'embraser. On a vu des incendies en Corrèze vendredi. Est-ce que c'est l'une des conséquences de cette sécheresse qui s'éternise ? 

Les incendies de forêt, c'est effectivement un problème majeur, qui risque d'arriver dans les décennies à venir. L'hiver, l'humidité de l'air est très faible, et avec ce déficit de pluie, on a des forêts qui sont très facilement inflammables.