Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement DOSSIER : Le gaz de schiste en France

Drôme-Ardèche : Total pourrait renoncer au gaz de schiste

mardi 19 janvier 2016 à 11:20 - Mis à jour le mardi 19 janvier 2016 à 13:49 Par Germain Treille, France Bleu Drôme Ardèche

Le PDG du groupe Total ne veut pas passer en force sur le gaz de schiste. Patrick Pouyanné a déclaré ce mardi chercher désormais le consensus, sur cet épineux dossier.

Patrick Pouyanné, le PDG de Total
Patrick Pouyanné, le PDG de Total © Maxppp

Montélimar, France

C'est une déclaration qui intervient trois jours après l'annonce d'une mobilisation anti-gaz de schiste le 28 février prochain dans le Gard et à quelques jours de la décision du tribunal administratif de Cergy-Pontoise sur un recours du groupe pétrolier. Le permis d'exploration de Montélimar, qui avait été accordé à Total, avait été abrogé en 2011. Il concerne plusieurs départements (Drôme, Ardèche, Vaucluse, Gard, Hérault) sur des milliers de kilomètres carrés. Patrick Pouyanné, le PDG de Total, cherche désormais le consensus, il l'a dit ce mardi 19 janvier lors d'un entretien chez nos confrères d'Europe 1 :

"Je n'ai pas envie de passer en force et si la collectivité ne souhaite pas qu'on fasse de l'exploration de gaz de schiste, nous ne le ferons pas. Je suis prêt à chercher le consensus".

Si le tribunal administratif rend finalement le permis à Total, le patron de la plus grosse entreprise française promet d'en discuter sur place avec les autorités publiques. Et Patrick Pouyanné d'ajouter que sa société ne fera aucune recherche sans l'accord du gouvernement. La ministre de l'Écologie, Ségolène Royal a, pour sa part, affirmé à plusieurs reprises que l'exploration et l'exploitation de gaz de schiste n'étaient plus d'actualité dans notre pays.

Lire aussi → notre dossier "Le gaz de schiste en France"