Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

Drôme : les riverains de canons anti-grêle obtiennent en justice une expertise acoustique

mardi 17 juillet 2018 à 18:56 Par Florence Beaudet, France Bleu Drôme Ardèche

Les canons anti-grêle font-ils trop de bruit ? Quatre riverains d'appareils installés par des arboriculteurs autour de Mercurol-Veaunes viennent d'obtenir une expertise acoustique pour mesurer leur niveau sonore.

Un des canons anti-grêle à Mercurol-Veaunes dans la Drôme
Un des canons anti-grêle à Mercurol-Veaunes dans la Drôme © Radio France - Nathalie Rodrigues

Mercurol, France

C'est un conflit qui dure depuis plus d'un an. Depuis l'installation de 11 canons anti-grêle par un groupement d'agriculteurs sur Mercurol-Veaunes et les alentours, des riverains estiment que le bruit des déflagrations est insupportable. Selon eux, le niveau sonore est bien supérieur aux seuils fixés par le code de santé publique. Au pied d'un appareil, le bruit peut atteindre 130 décibels, soit le bruit d'un avion au décollage.

Expertise aux frais des demandeurs

Les arboriculteurs ont, depuis, installé des silencieux sur les canons. Mais quatre riverains ont saisi la justice pour trois canons situés près de leurs maisons qu'ils jugent particulièrement gênants. Ils viennent d'obtenir la désignation d'un expert judiciaire qui va organiser des mesures, une sorte d'audit acoustique. Eux considèrent qu'il s'agit d'une première victoire.

De leur côté, les membres du groupement d'agriculteurs estiment qu'il n'y a aucune "victoire". Ils soulignent que l'expertise sera aux frais des demandeurs. Les riverains devront débourser 1200 euros pour la consignation.

Une décision qui peut faire jurisprudence

Son rapport -qui ne sera pas rendu avant plusieurs mois- pourrait conduire ensuite à ordonner l'arrêt complet de certains canons anti-grêle. C'est un moyen de lutte contre la grêle de plus en plus utilisé en Vallée-du-Rhône. Les arboriculteurs expliquent qu'ils ont besoin de protéger leurs récoltes et que les tirs ont été moins nombreux en 2018 qu'en 2017.