Climat – Environnement

Du pétrole sous la mer au large du Cap Ferret : une hypothèse sérieuse

Par Martin Cotta, France Bleu Gironde lundi 24 février 2014 à 7:00

Le puit de la fôret usagère de La Teste
Le puit de la fôret usagère de La Teste © Radio France - Martin Cotta

Une enquête publique va être lancée cette année et le début de l'exploitation pétrolière pourrait commencer en 2015. C'est la société Vermillon Energy, très implantée en Aquitaine qui prendrait alors les opérations en main.

Cela reste encore une hypothèse mais il y a une chance sur deux pour que la présence d'une nappe de pétrole sous l'océan Atlantique au large du Cap Ferret soit avérée . "Pour le savoir il faudra forer un puits dans la zone ", explique de façon pragmatique Jean-Paul Simard, directeur des relations publiques en Europe chez Vermillon Energy. Le forage sera rendu possible à la seule condition que l'enquête publique valide le projet cette année. Chez Vermillon Energy on se montre confiant, même s'il est plus difficile d'accéder à ce genre d'ouvrage en France, en raisons des diverses règles liées à l'environnement.

La société, qui emploie 180 salariés en France et qui assure un tiers de l'activité pétrolière tout de même dans le pays, se repose sur un bons nombres d'indices qui forgent l'hypothèse de l'or noir au large du Cap Ferret. "Nous avons des données géologiques qui laissent entendre la présence de pierre contenant des hydrocarbures sous la mer " analyse Jean-Paul Simard. Pour l'instant Vermillon Energy dispose déjà d'un puit de forage au Cap Ferret mais sur les terres. L'opérateur en possède près de 200 en Aquitaine.

Du pétrole au nord de Cazaux ?

À Cazaux un nouveau puits a été installé, précisément au nord de la commune dans la forêt usagère de La Teste. La société espère trouver une nappe de pétrole à plus de 3.500 mètres de profondeur. Pour l'instant l'énorme tige métallique est à 2 kilomètres de profondeur et avance de cinq mètres par heure. "C'est excitant. On ne sait pas ce qu'on va trouver après avoir creuser le trou ",explique Xavier Lopez, ingénieur. En définitive Vermillon a 50 % de chance de trouver de la matière grise à cet endroit précis. L'exploitant a donc pris un risque en investissant plus de 8 millions d'euros dans l'ouvrage.

Y aura t-il de l'or noir à Cazaux ?

"Il y a une présence d'hydrocarbure"

Partager sur :