Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

VIDÉO - Des rosalies pour aller à l'école à Dunkerque

mardi 2 octobre 2018 à 2:06 Par Matthieu Darriet, France Bleu Nord et France Bleu

Des rosalies ont fait leur apparition dans la circulation urbaine à Dunkerque. Ces engins à pédales, habituellement destinés aux balades pour les touristes, sont utilisés pour un service de ramassage scolaire, à destination des enfants de l’école de la mer, à Malo-les-bains.

A Dunkerque, des enfants vont à l'école en rosalies.
A Dunkerque, des enfants vont à l'école en rosalies. © Radio France - Matthieu Darriet

Dunkerque, France

Depuis une semaine, les enfants de l’école de la mer, à Malo les bains, vont à l’école en rosalies. Ces petits véhicules à pédales, qui sont loués aux touristes pour se promener dans les stations balnéaires, sont devenus un véritable moyen de transport urbain. Ils ont été modernisés, avec une assistance électrique. Fabien Bailleul est l’animateur-pilote du projet : "en plus de moi, trois enfants pédales. Mais les plus petits n'ont pas accès aux pédales. Tous sont contents, le matin, ils font un peu de sport. C'est rigolo, c'est un jeu !

Il y a un moteur électrique, donc une fois passés les deux ou trois premiers coups de pédales, ça va tout seul ! 

Avant de monter dans la rosalie, les enfant enfilent un gilet fluorescent et un casque. - Radio France
Avant de monter dans la rosalie, les enfant enfilent un gilet fluorescent et un casque. © Radio France - Matthieu Darriet

Il y a ainsi deux rosalies en service. Pour l’instant, c'est un test, prudent, car le pédibus, qui avait été essayé, n’a finalement jamais trouvé son rythme de croisière, à Dunkerque. Mais, l'idée est de créer un vrai ramassage scolaire, toute l’année. Des bâches transparentes sont installées sur les côtés pour protéger les enfants du vent et de la pluie. Et quand il fera froid, ils se couvriront ! De toutes façons, en pédalant, ils se réchaufferont. 

Les enfants adorent

Alors qu'il enfile sont gilet fluorescent et son casque, un petit garçon raconte : "t'es plus obligé d'aller à l'école à pied et de rentrer à pied, c'est chouette".  Il y a une bonne ambiance à bord entre les enfants qui parlent de d'école et qui se racontent leur week-end. Une trentaine d’enfants et leurs parents étaient potentiellement intéressés pour utiliser la rosalie.

Deux rosalies à assistance électrique ont été achetées pour permettre le ramassage scolaire des enfants de l'école de la mer, à Dunkerque. - Radio France
Deux rosalies à assistance électrique ont été achetées pour permettre le ramassage scolaire des enfants de l'école de la mer, à Dunkerque. © Radio France - Matthieu Darriet

Au-delà de la simple action de transport, c’est un moyen de sensibiliser les enfants et les familles à l’utilisation des modes de doux, de faire comprendre aux parents que la voiture n’est pas indispensable pour conduire les enfants à l’école, sur des petits trajets de 300 ou 500 m. Cela engorge les abords des écoles et ça prend finalement plus de temps. Le problème, c’est qu’une telle distance, c’est un peu long pour laisser les enfants y aller à pied, tous seuls. Là, les écoliers sont pris en charge par l’animateur, dont la mission ne s’arrête que quand ses passagers sont entrés dans l’école et sont confiés aux enseignants.

Un emploi créé par la Fondation solidaire

Il y a deux Rosalies, donc deux pilotes et l’un d’eux a été embauché en Cdi à 35 heures, par la maison de quartier qui est le support de ce projet. En plus des trajets, il est chargé de l’entretien des rosalies. Il s’occupe aussi de faire passer les messages sur l’environnement, c’est son rôle d’animateur. Et puis c’est lui qui va encadrer les bénévoles qui sont recherchés pour assurer quelques trajets, pendant les absences des pilotes officiels. Son emploi, il est l’un des tous premiers financés par la Fondation solidaire du Dunkerquois, qui vise à collecter des fonds pour innover en créant des emplois de service.